À jamais protégés

Nous savons tous que les parcs provinciaux de l’Ontario visent à protéger nos espèces et nos paysages naturels.

Toutefois, saviez-vous que chaque parc est protégé pour ses propres raisons (souvent très précises)?

Nos parcs fonctionnent ensemble comme un réseau de biodiversité et de protection. Qu’il s’agisse d’un vaste territoire sauvage ou d’une petite réserve naturelle en milieu urbain, chaque parc joue un rôle crucial dans la protection de la biodiversité, notamment les écosystèmes, les espèces et le patrimoine culturel représentatifs.

Qu’entend-on par « écosystèmes représentatifs »?

La plupart d’entre nous connaissent relativement bien quelques-unes des grandes catégories de l’écosystème, comme les terres humides, les forêts et les prairies.

Il est toutefois possible de détailler chacune de ces catégories par types d’écosystème, comme les marais salés, les savanes de chêne et les alvars.

Panne de Sandbanks

Certains écosystèmes sont très rares. Par exemple, les pannes au parc provincial Presqu’ile sont des terres humides d’importance mondiale. De même, on ne trouve des alvars – une plaine de calcaire à végétation clairsemée – que dans quelques endroits en Ontario (et dans le monde).

Nous voulons également protéger la biodiversité géologique de l’Ontario, les processus et les périodes. Des parcs, comme le parc provincial Kakabeka Falls, protègent des fossiles qui datent de plus d’un milliard d’années, tandis que d’autres, comme le parc provincial Mono Cliffs, protègent des parties de l’escarpement du Niagara.

À titre de conservateurs de nos parcs provinciaux, nous voulons nous assurer que chaque type d’écosystème est représenté et protégé.

Est-ce que les « espèces représentatives » sont les créatures qui vivent à l’intérieur de ces écosystèmes?

Exactement. Tout comme nous voulons protéger chaque type d’écosystème, nous voulons protéger chacune des espèces représentées dans un écosystème, des pins majestueux aux petits scarabées.

Certains parcs peuvent s’avérer les derniers sanctuaires des espèces en péril, comme le caribou des bois, le loup du parc Algonquin ou le pluvier siffleur. D’autres peuvent servir d’arrêts cruciaux sur les routes de migration pour des espèces comme le monarque et le cygne siffleur.

Monarques

De nombreuses espèces ont besoin d’espace pour se déplacer en toute sécurité. Les tortues, par exemple, doivent venir sur terre pour pondre leurs œufs. À l’extérieur des espaces protégés comme les parcs, les zones urbaines et les routes peuvent les isoler de leurs sites de nidification.

La biodiversité est la toile de la vie autour de nous. Plus un écosystème est riche en biodiversité, plus il est sain. Sans la biodiversité, une maladie ou un hiver rigoureux pourrait décimer une population ou des espèces, affaiblissant le système dans son ensemble.

La protection de chaque espèce de l’Ontario est une partie cruciale du maintien d’un réseau représentatif de parcs.

Bien que des espèces et des écosystèmes précis peuvent changer au fil du temps en réponse au changement climatique, ces aires protégées continueront d’être des refuges sûrs pour la faune sauvage en raison de la diversité des paysages qu’elles protègent. La protection de la biodiversité augmente notre résilience.

Et « patrimoine représentatif »? Est-ce que cela concerne davantage les musées?

Pas du tout.

La grande richesse des paysages naturels nous fait parfois oublier que Parcs Ontario s’est également engagé à protéger notre patrimoine commun.

Nos parcs protègent les paysages qui ont inspiré le Groupe des sept et comprennent des réserves de ciel étoilé et des sites du patrimoine mondial.

Pétroglyphes au Centre d’accueil

Des épaves aux camps de prisonniers de la Seconde Guerre mondiale, en passant par les pictogrammes autochtones, des traces de notre histoire commune sont gravées dans le paysage de nos parcs provinciaux.

Les êtres humains font aussi partie de la nature, et la protection de nos valeurs culturelles communes fait partie de la représentation de chacune des espèces.

Voici notre série de blogues « À jamais protégés »

Au cours de la prochaine année, divers membres de notre équipe dévouée vous présenteront les parcs et les écosystèmes qui leurs tiennent le plus à cœur.

Alison Lake tenant une tortue serpentine

Quelques-uns de ces parcs vous seront familiers, tandis que d’autres seront une découverte pour vous.

Malgré tout, nous souhaitons expliquer les raisons pour lesquelles chacun de ces parcs a sa place au sein de Parcs Ontario, un système d’espaces naturels que nous souhaitons protéger à perpétuité.