Vue aérienne de la plage

À jamais protégés : les raisons pour lesquelles le parc provincial Westmeath a sa place

Notre série « À jamais protégés » explique pourquoi chacun de ces parcs a sa place au sein de Parcs Ontario. Dans le billet d’aujourd’hui, la biologiste Lauren Trute nous raconte l’histoire de Westmeath.

Le parc provincial Westmeath, situé à quelque 15 km de la ville de Pembroke, est un des parcs les plus diversifiés sur le plan écologique du comté de Renfrew.

Ce parc de 610 ha est situé au bord de l’imposante rivière des Outaouais et offre un aperçu de l’ère glaciaire de la vallée de l’Outaouais. Ce site était aussi probablement une halte importante pour les Autochtones et les marchands de fourrures empruntant la voie navigable.

Écosystèmes représentatifs de Westmeath

Situé dans la riche formation de sable de l’ancien rift Ottawa-Bonnechère et formé par les eaux vives de la rivière des Outaouais, le parc provincial Westmeath est une langue de sable en évolution.

Par rapport à l’ère glaciaire, la langue de sable est relativement jeune, à datant de 5 000 ans, et elle se forme encore. Alors que son cours oblique presque droit vers le nord, la rivière des Outaouais dépose du sable.

Plage

À mesure que la langue de sable grandissait, plusieurs caractéristiques marquaient le paysage, créant un ensemble intéressant et diversifié sur le plan écologique dans un espace relativement restreint.

L’intérieur de Westmeath contient les zones les plus anciennes des dunes de sable et a évolué pour devenir une forêt de montagne mature composée d’un mélange de peupliers, de pins et de chênes. Plus près de la limite du parc et de la route municipale, les vestiges d’une plantation de pins rouges et l’ancien site d’un moulin influent toujours sur la forêt.

Espèces représentatives de Westmeath

Une partie de la végétation la plus intéressante se trouve sur la plage et dans la zone de dunes actives et à proximité de celles-ci, où les arbres et les plantes doivent survivre dans le sable à l’exposition aux éléments.

Vous y trouverez des chênes à gros fruits, certains énormes et d’autres « nains », et des plantes rares ou peu courantes dans la région :

  • Sporobole à fleurs cachées (Sporobolus cryptandrus)
  • Polygonelle articulée (Polygonella basiramia)
  • Hudsonie tomenteuse (Hudsonia tomentosa)
  • Papyrus à feuilles alternes (Cyperus filiculmis)
  • Hélianthème de Bicknell (Helianthemum bicknelli)

On trouve de l’herbe à la puce partout dans le parc et en abondance à de nombreux endroits.

Westmeath offre d’excellentes possibilités d’observation de la faune, en grande partie grâce à la diversité des habitats.

Au cours de la migration automnale, les plaines sablonneuses sont visitées régulièrement par le bruant de Nelson et le bruant de Le Conte, ainsi que par divers oiseaux de rivage.

La sauvagine est abondante au printemps et on peut observer des quiscales rouilleux en migration dans les forêts de plaine et les zones humides

Rivière

Les signes de présence d’ours noirs, de cerfs de Virginie, de castors et de rats musqués sont courants. Le long de la plage, vous pourrez apercevoir l’une des nombreuses espèces de cicindèles chassant des insectes sur le sable. Vous pourrez peut-être même observer les traces et le nid d’une tortue serpentine ou d’une tortue géographique!

Si vous vous aventurez dans l’eau pour vous mouiller les orteils, remarquez les bancs de petits poissons-chats et d’achigans qui trouvent refuge dans le carex haut, et l’abondance de moules d’eau douce (un aliment essentiel pour la tortue géographique).

Visiter le parc que j’adore?

Westmeath n’offre pas de commodités aux visiteurs, cependant, vous pouvez toujours profiter d’activités comme la randonnée, le canotage, la baignade et l’observation de la nature.

Restez à l’affût d’autres billets « À jamais protégés » portant sur les incroyables espaces naturels qui constituent notre réseau de parcs provinciaux.