5 raisons de visiter le parc provincial Grundy Lake

Le parc provincial Grundy Lake est un de ces endroits qu’il vous faut découvrir en personne.

Tout est beau sur papier : des lacs pittoresques, des plages de sable, de grandes forêts de pins et de nombreux emplacements de camping.

Mais lorsque vous commencez à explorer, ces caractéristiques prennent vie. C’est un parc qui est plus que la somme de ses parties.

Né d’une roche ardente et sculpté par les glaciers, le parc Grundy Lake offre des paysages magnifiques, notamment des zones humides, des forêts de hautes terres, de vastes landes rocheuses et plusieurs lacs étincelants avec des plages de sable.

Ces caractéristiques invitent les visiteurs du parc à venir l’explorer!

Voici cinq merveilles à voir absolument au parc Grundy Lake :

Continuer la lecture de 5 raisons de visiter le parc provincial Grundy Lake

La vie d’une intendante des ressources

Le billet d’aujourd’hui provient de Rebecca Rogge, une intendante des ressources voyageant dans la zone du Nord-Est.

J’ai commencé à travailler dans le cadre du programme d’intendance des ressources de la zone du Nord-Est en 2011. Cela semble faire une éternité.

À ce moment-là, c’était un poste plus ou moins nouveau à Parcs Ontario. Le programme n’existait que depuis quelques années, et les intendants étaient peu nombreux.

Plusieurs parcs ont été créés en 1999, la plupart étant des parcs provinciaux « non opérationnels ». Ceux-ci ne comptent généralement aucune installation ni aucun employé à plein temps. Un bon nombre protègent les cours d’eau à vocation récréative, et les réserves naturelles protègent la flore, la faune et les paysages géologiques rares.

C’est dans ces endroits magnifiques et diversifiés que les intendants des ressources passent la plupart de leur temps.

Continuer la lecture de La vie d’une intendante des ressources

La pagaille des pagaies : éliminer la « rage au portage »

Le billet d’aujourd’hui a été rédigé par Roger LaFontaine, spécialiste des loisirs en plein air à Parcs Ontario.

Avec la venue du temps chaud, nous cherchons à nous détacher des corvées quotidiennes comme la pénible navette maison-travail, le déclic des claviers, les figures abstraites et les paroles incohérentes d’une présentation.

Tout à coup, vous rêvez de pins, d’un feu de camp et de gens formidables avec lesquels vous ne passez pas assez de temps.

Le regard morne, vous tournez lentement les yeux vers la fenêtre et vous commencez à planifier votre escapade.

Continuer la lecture de La pagaille des pagaies : éliminer la « rage au portage »