Trois façons d’améliorer vos compétences en matière d’observation d’oiseaux

Le billet d’aujourd’hui nous vient de Tanya Berkers, spécialiste en marketing et passionnée d’ornithologie. 

Lorsque Parcs Ontario s’est engagé à soutenir le troisième Atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario, je me suis empressée de faire partie de l’un des comités organisateurs.

J’adore observer les oiseaux, et l’Atlas est un projet important qui dépend des bénévoles et qui soutient la conservation et la politique environnementale dans toute la province.

Je voulais contribuer à l’Atlas à la fois en coulisse et à titre de responsable active du recueil des données.

Il y a juste un problème : je ne suis pas une ornithologue chevronnée, et mes connaissances actuelles ne sont pas assez approfondies!

Continuer la lecture de Trois façons d’améliorer vos compétences en matière d’observation d’oiseaux

Les œufs de tortues et de salamandres : la surveillance printanière au parc Grundy Lake

Le billet d’aujourd’hui provient d’Emily Wright, chef du programme Découverte au parc provincial Grundy Lake.

Le printemps au parc Grundy Lake est une période tranquille de l’année. Les eaux du lac sont froides à cause de la fonte des neiges et des glaces, les oiseaux commencent tout juste à arriver de leurs longues migrations et les visiteurs sont peu nombreux.

Toutefois, le personnel du parc est bien occupé, car il commence à préparer une nouvelle saison de camping.

Continuer la lecture de Les œufs de tortues et de salamandres : la surveillance printanière au parc Grundy Lake

Le mésangeai du Canada, le véritable oiseau hâtif

L’expression anglaise « the early bird gets the worm » (l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, ou, dans notre cas, qui sont là tôt dans la saison) fait généralement penser au merle. Mais le véritable oiseau hâtif n’est pas le Merle d’Amérique avec sa poitrine rouge. C’est le Mésangeai du Canada.

Continuer la lecture de Le mésangeai du Canada, le véritable oiseau hâtif

Pics 101

Le billet d’aujourd’hui a été rédigé par Barb Rees, spécialiste du marketing et du programme Découverte dans la Zone du Nord-Ouest de Parcs Ontario.

L’hiver est une période excellente pour surveiller les pics. Pourquoi? Simplement parce qu’il y a moins de feuilles sur les arbres, et que les oiseaux sont donc plus visibles.

Normalement, davantage de mangeoires sont installées l’hiver que l’été (étant donné que les ours hibernent). Donc, le fait d’attirer des oiseaux plus près de votre maison rend possible d’observer les oiseaux par la fenêtre, depuis le confort de votre salon.

Continuer la lecture de Pics 101