randonneur observant le ciel étoilé d’hiver

Les yeux vers le ciel – mars

Bienvenue à la série « Les yeux vers le ciel » de Parcs Ontario. Cet espace (vous voyez ce que nous avons fait là?) couvrira un vaste éventail de sujets astronomiques, et particulièrement ce qu’on peut voir dans les ciels purs de nos parcs provinciaux.

Mars est un des mois les plus extraordinaires pour camper, ou simplement pour être à l’extérieur, à profiter de nos parcs.

Le 20 mars, la Terre atteint l’équinoxe de printemps, le jour où débute officiellement cette saison, et où les heures de jour et de nuit sont égales.

Voici nos faits saillants astronomiques pour mars :

Le Soleil

Lever de soleil

Le Soleil atteint l’équinoxe de printemps le 20 mars. Équinoxe peut signifier « égal » et « nuit ». C’est donc un moment où le jour et la nuit ont la même durée.

Les nombreux mouvements de la Terre se combinent merveilleusement pour nous offrir des observations fascinantes. Nous tournons autour de notre axe, dont le nord est actuellement orienté vers l’étoile Polaire, l’étoile du Nord. Nous effectuons notre orbite autour du Soleil en 365 jours et ¼, et l’orbite du Soleil autour du centre de notre galaxie dure un peu moins de 250 millions d’années.

Pour mieux examiner la position du Soleil en mars et l’équinoxe de printemps, concentrons-nous sur deux de ces mouvements : la rotation et l’orbite de la Terre.

Diagramme montrant la rotation saisonnière de la Terre autour du soleil

Le diagramme ci-dessus montre le mouvement de la Terre autour du Soleil ainsi que sa rotation autour de son axe. Même si la Terre se déplace continuellement autour du Soleil, l’axe de notre planète pointe toujours dans la même direction, tout au moins pendant quelques années.

Pour des observateurs dans l’hémisphère nord, l’axe de la Terre pointe vers l’étoile Polaire. La lumière du soleil (représentée par les flèches orange dans le diagramme ci-dessus) atteint la Terre et réchauffe toute la planète, mais le réchauffement est plus accusé directement sous les rayons du soleil.

Pendant l’été, étant donné que l’hémisphère nord est orienté vers le Soleil à midi, il y a davantage d’heures de jour et davantage de chaleur directe pour ceux qui sont au nord. En hiver, la situation est inversée, car c’est l’hémisphère sud qui est orienté vers le Soleil à midi, tandis que le nord reçoit moins de lumière et moins de chaleur.

Lors des équinoxes de printemps et d’automne, la Terre est placée de telle sorte que la lumière directe du soleil se trouve autour de l’équateur, exactement entre les hémisphères nord et sud. À ces moments, le jour et la nuit sont de durées égales, et les températures sont modérées. Les équinoxes sont d’importants indicateurs du changement saisonnier.

Voici les heures du coucher et du lever du soleil en mars :

1er mars 15 mars 31 mars
Lever de soleil 6 h 54 7 h 29 7 h 00
Milieu du jour 12 h 30 13 h 26 13 h 22
Coucher de soleil 18 h 07 19 h 24 19 h 44

*Nous faisons notre transition vers l’heure avancée le matin du dimanche 14 mars 2021.

La Lune

La Lune captive des observateurs de tous âges depuis des temps immémoriaux. Les phases lunaires se déroulent comme suit :

Phases lunaires de Mars 2021.

Lune gibbeuse décroissante – le 2 mars
Dernier quartier – le 6 mars
Dernier croissant – le 9 mars
Nouvelle lune – le 13 mars
Premier croissant – le 18 mars
Premier quartier – le 21 mars
Lune gibbeuse croissante – le 25 mars
Pleine lune – le 28 mars

Saviez-vous que de nombreux enseignements des Premières Nations, dont ceux des Anishinaabe et des Haudenosaunee, utilisent la carapace d’une tortue en guise de calendrier lunaire?

Informez-vous à propos du calendrier lunaire de la carapace de tortue.

Les planètes – Mars, Jupiter et Saturne

Mars est encore relativement haut à l’ouest au coucher du soleil. Les autres planètes commencent à faire leur apparition tôt dans le ciel matinal. Saturne, Jupiter et Mercure sont toutes assez proches les unes des autres et se lèvent environ une heure avant le Soleil.

Pluies de comètes et de météores

Comète.

Mars est généralement un mois calme en matière d’observation des météores. Notre prochaine pluie abondante de météores est celle des Lyrides, qui culmine fin avril.

Néanmoins, les observateurs sont toujours en mesure de voir des météores sporadiques (pluie aléatoire ou non identifiée) à mesure qu’ils traversent le ciel. Chaque nuit, dans le ciel étoilé de nos parcs de l’Ontario, on peut voir jusqu’à cinq à dix météores par heure, surtout après minuit.

La nébuleuse d’Orion – une pépinière d’étoiles qui vous invite à l’observer

La constellation populaire, Orion le Chasseur, est l’une des meilleures constellations à observer depuis la ville et est l’une des rares constellations occidentales qui ressemble vraiment à son homonyme.

Représentation d’Orion.

Bien que cette constellation soit considérée comme un modèle de la saison hivernale, elle peut en fait être observée en mars, juste après le crépuscule, du sud au sud-est.

Sous la « ceinture d’Orion » (voir l’illustration), se trouve un objet incroyable, visible même par des citadins munis de jumelles : la nébuleuse d’Orion (M42). Pour trouver la nébuleuse d’Orion, il faut trouver la ceinture d’Orion et ensuite son épée (juste en dessous). Pour un observateur sans aide optique, l’épée ressemble à trois étoiles verticales. L’étoile du milieu est en fait l’emplacement de la nébuleuse elle-même.

Avec des jumelles, les personnes dotées d’une bonne vue peuvent voir l’aspect brumeux ou nébuleux des nuages.

Nébuleuse.

Généralement, si votre ciel est sombre et que votre vision est bonne, vous pouvez même voir une couleur verte dans la nébuleuse.

Dans un grand télescope, comme le grand observatoire du parc provincial Killarney – Gche Waasa Debabing – la nébuleuse d’Orion peut exposer une multitude de ses incroyables splendeurs.

Cette nébuleuse est un exemple parfait de la richesse de l’espace et elle nous aide à comprendre la formation des étoiles.

Orion Nebula.

Le nuage de gaz interstellaire est riche en hydrogène et autres matières. De jeunes étoiles chaudes déversent des rayons ultraviolets sur l’hydrogène gazeux, l’ionisant et lui faisant émettre de la lumière – comme le principe qui fait briller un néon. La lumière de l’émission est rouge telle que nous la voyons et qu’elle paraît sur la photo ci-dessus.

En même temps, une grande quantité de lumière nous est réfléchie et cette lumière apparaît bleue.

Enfin, il y a une bonne quantité de poussières interstellaires entre nous et certaines des parties claires de la nébuleuse. Ces poussières se présentent sous la forme d’un nuage sombre sur un fond plus clair. C’est un excellent exemple d’une nébuleuse d’émission, d’une nébuleuse de réflexion et d’une nébuleuse sombre combinées en une seule!

Le trapèze

Si nous effectuons un plan rapproché au centre de la nébuleuse d’Orion, nous pouvons voir un petit groupe d’étoiles appelé le « trapèze ». Ce groupe d’étoiles s’est formé à partir du gaz de la nébuleuse d’Orion et n’a que 300 000 ans! Un nourrisson à l’échelle du temps cosmique.
Trapezium.

Les étoiles se forment lorsque les nuages de gaz interstellaires, comme la nébuleuse d’Orion, sont affectés par des forces telles que la collision avec un autre nuage de gaz ou l’impact d’une onde de choc de supernova.

La compression qui se produit entraîne la formation de remous et de tourbillons qui finissent par se condenser en boules de gaz massives et sphériques. Ces boules de gaz subissent des forces gravitationnelles directement liées à la quantité de masse. Plus la masse est importante, plus la gravité est importante. Plus la gravité est importante, plus le nuage de gaz environnant est attiré par la boule de gaz qui accroît la masse de gaz.

Ce cycle se poursuit dans une boucle positive qui fait que la boule de gaz devient de plus en plus grosse. Ce qui est important, c’est qu’au fur et à mesure que la masse s’accroît, la gravité plus élevée comprime le noyau central de la boule de gaz en le chauffant à l’extrême.

Lorsque ces boules de gaz deviennent assez massives pour produire une gravité suffisante pour chauffer le noyau à 15 millions de degrés, le cœur de la boule de gaz est assez chaud pour que la fusion thermonucléaire commence – une étoile est née. Dans le cas de la nébuleuse d’Orion, de nombreuses étoiles se forment, dont certaines constituent le trapèze que nous voyons aujourd’hui.

Constellations de mars

Diagramme de la constellation

Dans le billet du mois dernier, nous avons parlé des Gémeaux et de deux autres constellations bien visibles dans le ciel de l’hiver.

Le billet de ce mois-ci parlera de trois constellations qui marquent la transition de l’hiver au printemps : le Lion, le Cancer (le crabe) et la Chevelure de Bérénice.

Ceci complète notre examen du ciel de mars