Les étoiles d’hiver au parc Frontenac

Les yeux vers le ciel – janvier

Bienvenue à la série « Les yeux vers le ciel » de Parcs Ontario. Cet « espace » couvrira un vaste éventail de sujets d’astronomie, et particulièrement ce qu’on peut observer dans les ciels purs de nos parcs provinciaux.

Les journées froides et tonifiantes de la nouvelle année nous gratifient souvent de nuits fantastiquement belles, où abondent les étoiles brillantes et les observations intéressantes.

Parmi les 17 étoiles les plus brillantes visibles en Ontario, neuf sont présentes lors des nuits d’hiver, et beaucoup d’objets intéressants attendent l’observateur prêt à braver le froid.

Voici les faits saillants astronomiques du mois de janvier :

Le Soleil

La Terre ne suit pas un chemin circulaire dans son orbite autour du Soleil. Son chemin est en fait une ellipse (qui a la forme d’un œuf) et le soleil n’est pas tout à fait au centre de cette ellipse.

 

En raison de cette orbite non circulaire, la Terre est en fait plus proche du Soleil le 2 janvier et s’en éloigne graduellement tout le reste de l’année.

Être plus proche ou plus loin du Soleil n’a pas grand-chose à voir avec notre été ou notre hiver; cela est plutôt attribuable à l’angle auquel les rayons du soleil frappent l’hémisphère septentrional ou méridional.

Malgré la croyance commune, la date à laquelle le soleil se couche le plus tôt et se lève le plus tard n’est pas le 21 décembre.

Pour la plupart des gens en Ontario, la date du coucher de soleil le plus tôt en 2020 a été le 10 décembre et la date du lever de soleil le plus tard en 2021 a été le 4 janvier.

1er janvier 15 janvier 30 janvier
Lever du soleil 8 h 08 8 h 03 7 h 49
Milieu de la journée 12 h 29 12 h 35 12 h 39
Coucher du soleil 16 h 51 17 h 05 17 h 30

Voici les phases de lune du mois de janvier :

calendrier lunaire

Lune gibbeuse décroissante : 2 janvier
Dernier quartier : 6 janvier
Dernier croissant : 9 janvier
Nouvelle lune : 13 janvier
Premier croissant : 17 janvier
Premier quartier : 20 janvier
Lune gibbeuse croissante : 24 janvier
Pleine lune : 28 janvier

Les planètes : Mars, Jupiter et Saturne

Après une incroyable année 2020, les trois planètes externes les plus proches disparaissent finalement peu à peu.

Saturne et Jupiter se couchent peu après le coucher du soleil et Mars, bien haute au début du mois, commence à se coucher de plus en plus bas au coucher du soleil avant la fin du mois.

Malheureusement, la grande conjonction de Jupiter et Saturne a été en grande partie impossible à observer en Ontario à cause des nuages.

planètes

Sur cette photo – une seule photo prise le 18 décembre trois jours avant la date de la conjonction – on peut à peine distinguer les anneaux de Saturne (coin supérieur gauche) et voir Jupiter et ses quatre plus grandes lunes (galiléennes) : Callisto (centre inférieur), Ganymède, Europe et Io (coin inférieur droit).

Mercure, la planète la plus proche du soleil, fait une brève visite dans les cieux du soir et atteint son point le plus haut à distance du soleil couchant le 24 janvier.

En cette nuit, si vous avez une vue claire et dégagée des cieux du sud-ouest, vous devriez être en mesure de voir la planète – dont la brillance est comparable à celle des étoiles les plus brillantes! Des jumelles aident grandement à trouver la planète insaisissable.

Comètes et pluies de météores

Janvier nous apporte une des plus belles pluies de météores : les Quadrantides.

Cette pluie de météores peut offrir autant (sinon plus!) de météores que les célèbres Perséides du mois d’août ou les Géminides du mois de décembre.

pluie de météores

Le problème, c’est que la pluie de météores se produit à l’un des pires moments de l’année sur le plan météorologique pour ceux d’entre nous qui vivent en Ontario. De plus, la pluie de météores atteint son apogée et son point de chute rapidement (dans les six heures), tandis que dans le cas d’autres pluies de météores, le phénomène dure plusieurs semaines.

Cette année, la pluie de météores atteint son apogée à 9 h le 3 janvier. Le meilleur moment pour l’observer serait après 4 h ce matin-là.

L’an prochain, toutefois, la pluie atteindra son apogée plus tôt le matin et la lune sera favorable. C’est un rendez-vous!

Les étoiles

Pendant des milliers d’années, les humains ont levé les yeux vers le ciel pour observer les étoiles. Les étoiles les ont aidés à tenter de comprendre le but de leur existence, et le rôle qu’elles jouent dans notre vie.

Pour aider à mémoriser les différentes étoiles, de nombreuses cultures ont imaginé des dessins de figures reliant les points. De nos jours, nous reconnaissons 88 dessins officiels ou constellations.

Pour en savoir davantage sur la constellation d’Orion, cliquez ici.

Saviez-vous que…?

Les origines astronomiques du calendrier.

Bien que les constellations ont été, en grande partie, créées pour aider les gens à se souvenir des figures importantes que dessinent les étoiles, elles ont bien d’autres usages, notamment la création du calendrier.

Des étoiles

Par exemple, dans l’Égypte ancienne, on surveillait l’étoile Sopdet, connue de nos jours sous le nom de Sirius au Canada. Chaque année, lorsqu’ils observaient Sopdet se lever, ils savaient que la crue annuelle du Nil approchait.

Cliquez ici pour en savoir davantage sur la création du calendrier.

Cela met un point final à l’ode au ciel nocturne du mois de janvier

Revenez chaque mois alors que nous soulignons les événements célestes au fil des saisons, ou cliquez ici pour en savoir davantage sur l’astronomie dans les parcs provinciaux.