Le Défi 30×30 est bénéfique pour votre santé

Le billet d’aujourd’hui nous vient de Sarah McMichael, coordonnatrice de Santé des parcs, santé des populations à Parcs Ontario.

Nous savons tous que l’air frais est bénéfique pour notre santé, n’est-ce pas?

Il a été démontré que passer du temps en nature permet de dormir mieux, d’accroître la productivité, de réduire le stress, d’avoir une meilleure estime de soi, d’améliorer son état d’esprit, de réduire la tension artérielle, de renforcer le système immunitaire et de réduire le risque de développer du diabète et des maladies cardiaques. La recherche est claire : passer du temps en nature améliore le mieux-être physique, mental et social.

Imaginez à quel point votre santé et votre joie de vivre pourraient s’améliorer si vous passiez du temps à l’extérieur chaque jour, pendant un mois. C’est ce en quoi consiste le Défi 30×30. C’est un excellent moyen de vous remettre en santé!

Continue reading Le Défi 30×30 est bénéfique pour votre santé

Le printemps, la saison des tortues à Grundy Lake

De nombreux parcs de l’Ontario portent leur « signature » faunique : des animaux charismatiques et communs que la plupart des visiteurs espèrent apercevoir durant leur séjour.

Le parc provincial Woodland Caribou tire son nom (anglais) de l’emblématique caribou des bois.  Le parc provincial Murphys Point est l’un des meilleurs endroits pour apercevoir l’insaisissable couleuvre obscure. Le parc provincial Rondeau est le lieu d’observation de la paruline orangée.

Mais saviez-vous que le parc provincial Grundy Lake est l’endroit pour voir une tortue mouchetée?

Continue reading Le printemps, la saison des tortues à Grundy Lake

L’importance de la recherche dans les parcs de l’Ontario

Vous êtes-vous jamais interrogé sur la recherche scientifique dans un parc provincial, ou avez-vous souhaité vous y consacrer? Le billet d’aujourd’hui, qui a été rédigé par Lindsey Boyd, écologiste stagiaire dans la Zone du Nord-Ouest, et Evan McCaul, écologiste adjoint principal de la Zone du Nord-Ouest, devrait répondre à vos questions.

Répartis dans l’ensemble de l’Ontario, nos 340 parcs provinciaux protègent 8,27 millions d’hectares de terres et 1,3 million d’hectares de lacs et de rivières. En plus des parcs, il existe également 295 réserves de conservation qui forment un réseau de zones protégées. Des mousses aux orignaux, les zones protégées sont la source d’interminables sujets et possibilités de recherche.

Sur le plan scientifique, les parcs provinciaux sont un endroit excellent pour effectuer des recherches. Les parcs peuvent servir de lieu de référence pour mesurer des conditions naturelles dans le cadre d’une étude de paysage plus générale, ou constituer un excellent endroit où étudier les conséquences du climat sur les espèces et les systèmes en un lieu où des pressions humaines telles que les routes, ou les niveaux de bruit, de lumière et de pollution de l’air, sont moindres.

Continue reading L’importance de la recherche dans les parcs de l’Ontario

Au-delà de la lumière d’un feu de camp

Le billet d’aujourd’hui a été envoyé par Roger LaFontaine, naturaliste des parcs, biologiste de formation classique et chercheur amateur de Sasquatch. Il a passé près de deux décennies à rechercher et à documenter la présence du Sasquatch en Ontario.

J’ai toujours été intéressé par les créatures que d’autres n’aiment pas : les invertébrés sous une bûche, les salamandres dans le sol, les bestioles nocturnes et même un mammifère timide qui se cache dans la pénombre, au-delà de mon feu de camp.

Mon intérêt pour les créatures obscures a commencé il y a plusieurs années lorsque j’ai trouvé une piste étrange le long de la berge d’une rivière…

Continue reading Au-delà de la lumière d’un feu de camp