La « Limite vivante » au sud de Muskoka

Le nom « Living Edge » évoque plus un film de Bond qu’un sentier… jusqu’à ce vous le parcouriez à travers bois.

Le sentier Living Edge (pouvant se traduire par Limite vivante) dans le parc provincial Six Mile Lake ne mesure qu’un kilomètre, mais il traverse une telle variété de paysages et d’habitats qu’il semble beaucoup plus long.

Il permet également aux visiteurs de voyager dans le temps en leur montrant comment les glaciers ont façonné la terre il y a des milliers d’années. Le parc provincial Six Mile Lake est petit à l’extérieur, mais grand à l’intérieur.

Continue reading La « Limite vivante » au sud de Muskoka

Le castor, architecte de la biodiversité

Parcs Ontario braque ses protecteurs cette année sur des espèces canadiennes représentatives à l’occasion du 150e anniversaire du Canada. Pour l’espèce suivante, nous nous joignons à Dave Sproule, spécialiste des programmes éducatifs du patrimoine naturel, pour une conversation sur l’importance écologique et culturelle du castor, qui est devenu le symbole officiel du Canada en 1975.

Nous savons tous que le castor est industrieux. Il se construit des barrages, des canaux et de solides abris appelés huttes, qui sont chauds en hiver. Il répare tous ces barrages et accumule assez de nourriture pour survivre aux longs hivers du nord.

Nous savons que l’environnement canadien convient bien au castor. Celui-ci est amphibie – davantage chez lui dans l’eau que sur terre – avec ses pieds postérieurs palmés, ses narines obturables, une troisième paupière, transparente, qui protège l’œil lorsqu’il est sous l’eau, et une grosse queue plate qui lui sert de gouvernail quand il nage.

Toutefois, la principale raison de célébrer le castor en ce 50e anniversaire, c’est qu’il a construit le Canada, et façonné son paysage à la fois historique et écologique.

Continue reading Le castor, architecte de la biodiversité

Avril est la période idéale pour observer les castors dans le parc Algonquin

Un des grands atouts du printemps, c’est qu’il offre parmi les meilleures possibilités d’observer deux des mammifères les plus connus du parc provincial Algonquin.

Mai est devenu célèbre pour l’observation des orignaux dans le parc Algonquin, mais avril est la période idéale pour observer son petit associé aux grandes dents, le castor.

Continue reading Avril est la période idéale pour observer les castors dans le parc Algonquin

Le castor en hiver

Questionnaire : est-ce que les castors hibernent? Le billet d’aujourd’hui — de Dave Sproule, spécialiste des programmes éducatifs du patrimoine naturel, — répond à des questions courantes sur les castors.

beaverSi vous êtes près de l’eau, particulièrement dans nos parcs du Nord, vous verrez peut-être des signes de la présence d’un des plus importants animaux du paysage ontarien, qui modèle le paysage selon ses propres besoins.

Mais au cœur de l’hiver, une grande partie de l’Ontario étant gelée et blanche, que font ces créatures aquatiques?

Continue reading Le castor en hiver