Repérez les migrateurs d’automne

Les signes du printemps attirent toujours notre attention.

L’arrivée des oiseaux, des papillons et des poisons que nous observons chaque été éveille notre enthousiasme. Peut-être est-ce simplement parce que nous souhaitons la fin de l’hiver. Ou peut-être le sentiment qu’un bon ami est rentré de longues vacances dans le sud.

Toutefois, nous omettons parfois de profiter de la beauté de leur départ.

Prenez une pause cet automne pour vous émerveiller des migrations automnales qui se reproduisent année après année avec la précision d’une horloge. Rendez-vous dans un parc pour assister à ce phénomène; vous aurez l’occasion  d’y observer une incroyable variété d’animaux sauvages.

Les papillons

La vue du battement des ailes noires et orange ne peut signifier qu’une chose : l’automne est presque arrivé. Les papillons monarques sont ici.

Un papillon monarque pose sur une fleur jaune.

Les femelles monarques pendent en moyenne 700 œufs en août. Les œufs, chacun d’environ la taille d’une tête d’épingle, sont déposés en dessous des feuilles d’asclépiade commune. Après l’éclosion, ils passent de 10 à 14 jours à l’état de larves et se développent jusqu’à atteindre 3 000 fois leur poids.

L’étape suivante est le stade nymphal dans lequel ils passent encore 10 à 14 jours dans une chrysalide. Vers la fin, la chrysalide passe d’un vert vif à une couleur claire à travers laquelle sont visibles l’orange et le noir des ailes de l’adulte.

Une larve de monarque mange une feuille
Monarque grignotant une asclépiade

Les monarques qui éclosent fin août s’envolent et parcourent ensuite 3 000 km vers le centre du Mexique pour fuir l’hiver canadien – et le cycle recommence.

Plusieurs parcs de l’Ontario organisent un festival spécial de la migration pour souligner leur départ. L’un d’eux est le parc provincial Rondeau qui célèbre son festival de la migration des monarques la troisième semaine de septembre. Les visiteurs y passent une journée d’activités comme randonnée guidée parmi les papillons, étiquetage, démonstrations, artisanat et programme d’adoption d’un monarque.

Un papillon monarque sur le visage d’une jeune fille lors d’une célébration des migrations automnales.

Un autre est le parc provincial Presqu’ile, dont la fin de semaine des monarques et des migrateurs se déroule chaque année pendant le week-end de la fête du Travail. La fin de semaine comprend le baguage d’oiseaux, l’étiquetage de monarques, des aventures guidées, des programmes pour les enfants et plus encore.

Les poissons

Les rivières qui se jettent dans les Grands Lacs en Ontario constituent l’habitat idéal pour les poissons migrateurs, notamment de nombreuses espèces de saumon et de truite. Le saumon chinook, le saumon coho et le saumon rose, ainsi que la truite arc-en-ciel, fréquentent ces rivières chaque automne.

Un poisson avec un hameçon à la bouche dans l’eau au parc provincial Lac-Supérieur.

Les saumons en Ontario pondent leurs œufs dans les cours d’eau à l’automne, lesquels n’éclosent pas avant le printemps. Les alevins restent souvent dans ces cours d’eau pendant des mois avant d’entamer leur migration vers les Grands Lacs. Les adultes y restent environ quatre ans avant de retourner dans les cours d’eau et les rivières pour frayer puis mourir.

Le parc provincial Sauble Falls est l’endroit idéal pour tenter votre chance à la pêche automnale.  Excellentes possibilités de pêcher le saumon et la truite arc-en-ciel jusqu’à la fin de la saison (et de les voir sauter dans les chutes). Vous pouvez pêcher depuis le rivage, en marchant dans l’eau ou même en lançant votre ligne depuis votre emplacement de camping à certains endroits.

Un poisson saute hors de l’eau, tentant de remonter les chutes Sauble.

Le parc provincial Lac-Supérieur est un autre excellent emplacement de pêche, un peu plus au nord de l’Ontario. Les saumons chinook, coho et roses remontent tous les plus importants cours d’eau du parc. L’omble de fontaine est également une prise populaire. En règle générale, plus vous pêchez loin des points d’accès au parc, meilleure est la pêche.

Vous pouvez utiliser ON-Pêche pour prendre connaissance des possibilités. Rappel : un permis de pêche est requis!

Les oiseaux

Des milliards d’oiseaux s’envolent vers le sud pour échapper aux rigueurs des hivers nordiques. Beaucoup empruntent les autoroutes migratoires – des étendues de forêts reliant des zones naturelles les unes aux autres et aidant les animaux à migrer.

De nombreux parcs de l’Ontario sont des aires de repos pour les migrateurs. Plusieurs sont classés ZICO, soit zones importantes pour la conservation des oiseaux. Ce sont de lieux essentiels de préservation de la biodiversité (et d’observation des oiseaux).

flock of birds above a tree

De nombreux petits oiseaux, comme les viréos, les parulines et les grives, entreprennent leur périple vers le sud à la mi-août et continuent jusqu’en octobre. Les oiseaux de rivage sont mieux observés en septembre. Et bien sûr, il y a la bernache du Canada toujours omniprésente, qui migre de septembre à novembre.

De nombreux parcs provinciaux offrent de bonnes possibilités d’observation des oiseaux. Le parc provincial Rondeau est une zone de chevauchement pour les voies migratoires du Mississippi et de l’Atlantique. Plus de 360 espèces d’oiseaux ont été identifiées, y compris des espèces rares telles que le solitaire de Townsend, le pouillot à gorge jaune et le passerin nonpareil.

Un oiseau chanteur jaune et noir posé sur une branche au ras du sol forestier.
Une paruline à flancs marron à Rondeau

Plus de 80% de toutes les espèces d’oiseaux de rivage qui se reproduisent en Amérique du Nord ont été recensées au parc provincial Presqu’ile. Les oiseaux chanteurs comme les parulines, les grives, les moucherolles et les moineaux y trouvent un point de repos pour traverser les Grands Lacs. C’est également une aire importante pour les grands oiseaux comme les goélands, les hérons, les cormorans et les canards.

Nombreux canards dans l’eau
Un petit échantillon des nombreux canards à Presqu’ile

Situé aux abords du lac Huron, le parc provincial MacGregor Point se trouve au milieu d’un corridor migratoire. Il passe de nombreux oiseaux chanteurs, y compris près de 20 espèces de parulines nicheuses dans le parc ou à proximité. En fait, plus de 170 espèces différentes ont été observées à l’intérieur des limites du parc au cours de l’histoire du Huron Fringe Birding Festival annuel.

Les autres parcs provinciaux comprennent Long Point, Fish Point, Sandbanks, Carden AlvarDarlington, Pinery, Port Burwell, Wheatley, Rock Point et Lighthouse Point.

Venez observer les migrateurs

Il y a tout lieu d’aimer l’automne. Le temps des tricots. Les panoramas grandioses de feuilles colorées. Les chants des grillons et la rentrée des classes (les parents se réjouissent!). Et maintenant, espérons-le, les migrations d’automne sont également au premier plan de vos pensées.

Venez les observer. C’est un plaisir à voir!

Vous souhaitez visiter un des parcs de l’Ontario pour observer les migrations? Réservez en ligne ici.