Un homme et son chien en randonnée sur le sentier Under the Volcano, parc provincial Neys

Ce moment de pleine conscience vous est offert par la nature…

Le billet d’aujourd’hui provient de l’écologiste Corina Brdar. Lorsque Corina ne travaille pas à Parcs Ontario, elle participe activement à la communauté grandissante d’adeptes de la tenue d’un journal d’observation et de pleine conscience de la nature.

Il semble que le terme « pleine conscience » apparaisse partout dans notre vie ces temps-ci. Pourtant, il peut s’agir d’un concept difficile à mettre en pratique dans la vie de tous les jours. Un lieu accessible où le mettre à l’épreuve est dans la nature.

À tout le moins, un moment de pleine conscience dans la nature peut permettre à votre cerveau occupé de se reposer et à votre système nerveux de faire une pause. Il peut également enrichir vos expériences en plein air.

Qu’est-ce donc que la pleine conscience et comment la pratiquez-vous dans la nature?

La pleine conscience consiste à faire le choix délibéré d’être attentif, avec curiosité plutôt qu’avec jugement.

Un paysage enneigé sur un lac gelé.

La prochaine fois que vous vous trouverez dans l’un de nos parcs ou autres espaces naturels, ou même que vous observerez par la fenêtre la neige tomber, des branches d’arbres dénudées ou une mangeoire pour oiseaux, accordez-vous 10 minutes d’immobilité.

Trouvez un endroit où vous pouvez vous sentir à l’aise sans être dérangé pendant ce bref instant.

Que voyez-vous?

Regardez plus attentivement les couleurs, les formes et les motifs.

Cardinal en hiver

La lumière qui frappe les branches projette-t-elle des ombres ou crée-t-elle des reflets? Le cardinal est-il d’un rouge uniforme ou présente-t-il des nuances de gris, de corail ou de bourgogne? Les nuages dans le ciel changent-ils pendant que vous regardez? Pouvez-vous suivre la trace d’un flocon de neige lorsqu’il se pose?

Plus vous regarderez, plus vous verrez de choses.

La curiosité supplante le jugement

Maintenant que vous regardez attentivement, vous pouvez remarquer comment vous réagissez à ce que vous voyez. C’est le volet « sans jugement » de la pleine conscience.

Peut-être que les nuages dans le ciel déclenchent en vous une émotion, ou une inquiétude qui vous dicte de retourner à votre voiture et de rentrer chez vous avant qu’il neige. À moins qu’une tempête ne soit imminente, il n’y a rien que deviez effectivement faire sur-le-champ.

Plantes vertes longeant un ruisseau rocailleux gazouillant

Laissez simplement vagabonder vos pensées et vos sentiments sur ce qui se déroule sous vos yeux sans vous y attarder.

Personne n’a prétendu que ce serait facile! Pas de problème – personne ne note votre performance non plus.

De la curiosité, pas de jugement.

Qu’entendez-vous?

Si vous vous sentez en sécurité et à l’aise là où vous êtes, essayez de fermer les yeux. Écoutez les sons qui vous entourent.

Une femme regardant par-dessus la main-courante d’un pont.

À cette période de l’année, dans nos parcs, il se peut que vous entendiez le doux « fee-bee » des mésanges, l’écho des voix des personnes qui marchent plus loin sur le sentier, le fracas des vagues contre les rochers ou le clapotis tranquille de l’eau à la fonte des neiges.

Il est intéressant de voir combien de sons différents votre oreille peut capter lorsque vous commencez à y prêter attention. Résistez à ce besoin immédiat d’identifier les sons, si vous le pouvez. Ce qui produit le son n’a pas vraiment d’importance.

Ce qui importe à ce moment, c’est la nature du son en soi – son motif, sa hauteur, son volume. Considérez les sons comme des vagues d’énergie qui touchent vos tympans, plutôt que comme des éléments d’information à interpréter.

Que ressentez-vous?

Qu’en est-il des sensations dans votre corps? Pouvez-vous sentir la plante de vos pieds exercer une pression dans vos bottes ou le confort de votre tuque sur votre tête?

Randonneur assis sur un rocher près du rivage enneigé

Lorsque vous commencerez à prêter attention à ces sensations, vous aurez probablement envie de bouger, de vous déplacer ou de vous gratter. Voyez si vous pouvez laisser ces sensations aller librement. Si vous n’y arrivez pas, ce n’est pas grave non plus, mais c’est une expérience intéressante à tenter.

Remarquez-les simplement

La beauté de la pleine conscience est qu’il n’y a rien à faire avec toutes ces observations. Le but est d’être là et de les remarquer – c’est tout.

Soyez pleinement conscient pendant ces brèves 10 minutes de votre vie.

Vous n’avez pas à l’afficher sur les médias sociaux, et vous n’avez assurément pas à évaluer votre réussite en la matière.

C’est un petit cadeau à votre seule intention.

Si vous avez déjà essayé la méditation ou une autre pratique de pleine conscience, l’avez-vous déjà fait à l’extérieur? Vous pourriez être surpris à quel point la sensation ressentie est différente!

Nous comptons sur chacun pour faire sa part afin d’arrêter la propagation de la COVID-19 en suivant les conseils des responsables de la santé publique. Veuillez vous rendre uniquement dans les parcs provinciaux ou les réserves de conservation près de chez vous pour une utilisation diurne, et ne voyagez pas en dehors de votre région.