Plein air accessible à Arrowhead

Le billet d’aujourd’hui a été rédigé par Patricia Pyrka (et son fils Finnan), qui ont récemment visité le parc provincial Arrowhead.

Lorsque vous aimez le plein air et que vous avez un enfant en fauteuil roulant, les choses ont tendance à être un peu plus compliquées.

À tel point que, au cours des sept premières années de la vie de mon fils, nous n’avons jamais fait de randonnées. Les sorties d’hiver étaient inenvisageables – comment avancer dans la neige avec des roues minces petites ou grosses!

À un moment donné, j’en ai eu assez. J’ai décidé que je voulais emmener mon fils dans la nature. Je voulais qu’il fasse l’expérience de lieux où il n’avait jamais été auparavant, et lui faire connaître ce que j’aimais tellement : la sérénité de la nature, les forêts profondes, les sommets des montagnes, les sentiers en terrain accidenté et les conditions météorologiques changeantes.

Trouver des espaces naturels accessibles

Patricia and Finnan

J’ai réalisé l’impossible par un énorme effort, c’est-à-dire : beaucoup de recherches, de la planification, savoir à l’avance à quoi s’attendre, y compris où aller et ce qu’il fallait faire ou éviter.

L’Allemagne a été très bien pour ça. Il y avait un transport public accessible pour gagner presque chaque départ de sentier, et de bonnes infrastructures, parce que les gens sortent beaucoup. J’ai pu me préparer en recherchant des sentiers de randonnée qui puissent fonctionner pour nous. L’effort consistait aussi à acquérir la force pour faire face à toutes les circonstances.

Le Canada n’offrait rien de tout cela, en fait, c’était plutôt le contraire. Oui, il y avait des tas de beaux endroits où aller – mais presque aucun moyen de s’y rendre! Jusqu’à ce que nous trouvions Parkbus, qui est devenu notre moyen de nous rendre dans les nombreux magnifiques parcs provinciaux.

Pulling Finnan on sled

Un nouveau problème se présentait : dans ces circonstances nouvelles, nous ne pouvions choisir nos destinations. Il nous fallait suivre le courant, soit les destinations de Parkbus. Il était inutile de faire des recherches importantes. Nous allions où on nous conduisait, ou pas.

J’ai adopté une nouvelle attitude : le but de nos sorties n’était plus de suivre un certain itinéraire ou de faire une certaine activité – il consistait simplement à nous rendre là-bas, puis à nous rendre compte que c’était possible. Il suffisait maintenant d’aller à l’extérieur et de sortir de la ville.

Mais il y avait une autre leçon à tirer, une leçon importante. Nous devions accepter l’aide spontanée et imprévue d’autres personnes. Lorsqu’on a un enfant ayant des besoins spéciaux, il faut prévoir, planifier, tout imaginer et tenir compte de toutes les éventualités. Mais faire des excursions dans l’inconnu signifiait que je ne pouvais plus tout imaginer. Lorsque les choses se compliquaient, il me fallait être confiante que d’autres seraient là pour me donner un coup de main, ou proposer des idées.

L’aide du personnel de Parcs Ontario

C’est là qu’est entré en scène le personnel de Parcs Ontario. Ne se contentant pas de leurs tâches normales, ils nous aidaient à réaliser des choses que nous ne nous étions jamais attendus à pouvoir faire.

Nous avons eu un grand nombre de belles expériences avec le personnel, qui n’a pas ménagé son aide. Ils nous laissaient utiliser leur espace de bureau lorsqu’il pleuvait, et nous offraient même des Timbits! Ils transportaient le fauteuil roulant d’un point d’entrée des tubes à un point de sortie, et nous mettaient en contact avec d’autres campeurs qui pouvaient nous aider à faire venir du bois à brûler à notre emplacement de camping. Ils se servaient toujours de leur imagination et tâchaient par tous les moyens de nous aider.

Finnan on regular skis

L’hiver a poussé tout cela encore plus loin. Parkbus nous a conduits trois fois au parc provincial Arrowhead.

J’avais vu dans cette excursion une simple occasion de construire des tas de bonhommes de neige, et de passer toute une journée au grand air. Mais cette excursion est devenue un jalon important en ce qui a trait aux capacités physiques de mon fils!

Lorsque nous sommes arrivés dans le parc, nous avons essayé de voir ce que nous pouvions faire. Mon fils a d’abord essayé des skis de fond normaux, s’appuyant sur ses bâtons pour l’équilibre. Ça a marché, plus ou moins, mais il lui a fallu un effort presque surhumain. Je l’ai emmené sur le sentier de glace en fauteuil roulant, et nous avons passé de fort beaux moments à nous promener.

Puis, quelqu’un a suggéré de demander un fauteuil-ski (pour le ski sur luge) au personnel du parc. C’est là que Collin a fait son apparition. Il a fait sortir le fauteuil-ski de son lointain lieu d’entreposage et l’a apporté à la cabane de location. Il a fait rechercher une pièce manquante, pour qu’elle soit disponible la fois suivante.

Et la troisième fois, il nous a préparé une luge pour le sentier de glace!

Tout le personnel du parc s’est montré d’un grand soutien et n’a pas ménagé ses efforts. Mais Collin souriait et avait de la joie plein les yeux chaque fois qu’il voyait mon fils utiliser leur matériel. Je le lui ai fait remarquer et je l’ai remercié. Collin a dit qu’il prenait vraiment plaisir à voir mon fils essayer des choses nouvelles, et à constater son enthousiasme.

Pour Collin, il ne s’agissait pas simplement de faire son travail. C’est ce qui a rendu si mémorable notre excursion à Arrowhead, et nous a aidés à vaincre l’hiver, en dépit du fauteuil roulant et du temps changeant!

Je sais que tous les handicaps sont différents, et que le fait que mon fils puisse se lever de son fauteuil roulant nous donne des options que d’autres peuvent ne pas avoir.

Mais en fin de compte, il ne s’agit pas vraiment d’un cas personnel. C’est le fait qu’on ne peut prévoir la bonté, la générosité et l’enthousiasme – il faut plutôt leur laisser de la place. Mettez la barre bas pour ce que vous pourrez faire en un lieu inconnu, mais mettez-la haut pour ce qui serait simplement possible. Même si ce n’est qu’une étape de plus dans l’inconnu, c’est déjà beaucoup mieux que de rester chez soi.

Patricia and Finnan

Un grand merci à Parkbus, qui nous a conduits partout et a tenu compte des besoins spéciaux de mon fils – et au personnel de Parcs Ontario pour des expériences inoubliables!

Voici ce qu’en a dit Finnan lui-même :

Finnan lies in the snow« C’était bien pour moi de sortir parce que je pouvais me retrouver au grand air, et que j’ai eu du plaisir dans la neige. La meilleure chose, ç’a été le ski sur luge.

« Le personnel du parc a été vraiment gentil, surtout Collin, parce qu’il a toujours été super gentil, et on m’a toujours permis de faire du ski sur luge, ce qui était un peu difficile, mais c’était génial d’essayer.

« Et les excursions à Arrowhead ont été extraordinairement agréables parce que j’ai pu faire du ski sur luge, ce que je n’avais jamais fait avant. »

— Finnan