Employée devant l’enseigne Pinery

Le défi suprême de Pinery

Dans le billet d’aujourd’hui, Sarah Fencott, naturaliste au parc provincial Pinery, raconte l’aventure qu’elle a vécue pour relever le défi suprême de Pinery. Le but? Parcourir au complet les dix sentiers de Pinery, y compris les points de vue et les prolongements.

L’an dernier, mon but était de parcourir chaque sentier avant la fin de l’été. J’ai atteint mon objectif trois jours avant la fin de mon contrat.

Cette année, mon objectif était de parcourir tous les sentiers en une semaine. Cela a bien fonctionné, car nous devions de toute façon faire un relevé des infrastructures des sentiers du parc! En parcourant trois sentiers par jour, j’avais atteint mon objectif dès la première semaine de mon retour au travail.

Mon objectif initial ayant été si facilement atteint, je me suis fixé un nouveau défi qui serait plus difficile que tout ce que j’avais fait dans le parc auparavant : le Tour de Pinery.

Un grand défi

Je souffre d’une mutation génétique rare appelée anémie sidéroblastique, ce qui signifie que la plupart de mes muscles ne reçoivent pas assez d’oxygène et qu’une activité physique intense peut être très éprouvante.

Malgré tout, je ne laisse jamais mes limites me freiner et j’essaie toujours de me surpasser. Je savais qu’avec un peu de persévérance et de détermination, je serais en mesure de terminer le Tour de Pinery.

Se préparer

La veille, je me suis assise et j’ai tracé mon itinéraire idéal.

employée se tenant à un point de vue

Je savais que je voulais commencer par le sentier Cedar parce qu’il y a moins d’ombre et qu’il peut faire assez chaud l’après-midi. Je savais aussi que je voulais terminer la journée sur le sentier Wilderness, mon préféré, qui surplombe la plage.

Avec un plan en tête, j’ai entamé mon Tour de Pinery!

Je suis arrivée au parc vers 8 h 30 et le temps de remplir ma bouteille d’eau, de mettre de la crème solaire et de commencer à marcher, il était 9 h.

Je n’étais pas sûre du temps que prendrait le défi, alors j’ai décidé de parcourir le sentier principal et de ne pas me préoccuper du prolongement.

Le sentier Cedar, le premier de la journée, est l’un des plus accessibles de Pinery. Le sentier large et plat a rendu la randonnée facile et je l’ai parcouru bien plus rapidement que prévu.

Habituellement, lorsque je dégage les sentiers ou que je sors pour photographier des insectes, cela me prend entre 1 et 2 heures, mais avec une mission à l’esprit, j’ai parcouru le sentier Cedar au complet en un peu moins de 30 minutes.

Réussir à terminer le sentier Cedar si rapidement m’a donné confiance et j’ai décidé de tenter les points de vue et les prolongements sur les trois sentiers suivants : Heritage, Pine et Carolinian. Les sentiers les plus longs étant terminés, j’étais optimiste et pensais que l’après-midi serait plus facile.

Une pause bien méritée

Le sentier Nipissing était le cinquième de la journée. Comme il est sans doute le sentier le plus difficile de Pinery, je m’y suis arrêtée pour un pique-nique à l’heure du dîner et une pause bien méritée.

Près de la fin du sentier se trouve un petit prolongement qui mène à un magnifique point de vue surélevé. D’un côté, on peut voir les forêts de chênes de la savane de Pinery et les champs agricoles qui s’étendent au-delà des limites du parc. De l’autre côté, on peut admirer le lac Huron et la ligne de jonction entre l’eau et l’horizon.

C’est un joyau caché et l’un des plus beaux endroits du parc.

Après avoir dégusté un repas et admiré la vue, c’était le temps de repartir.

Beau temps, mauvais temps

Malgré le beau début de matinée, le périple n’a pas été que soleil et arc-en-ciel. En fait, la matinée a été assez nuageuse et un peu après midi, il a commencé à pleuvoir.

J’ai envisagé de reporter le défi et de le remettre à un autre jour, mais j’étais allée trop loin pour abandonner. Alors, malgré la pluie et le manque d’un imperméable, j’ai persévéré.

Les sentiers Riverside, Hickory et Bittersweet étaient les suivants, ceux-là mêmes que j’ai parcourus le plus souvent.

sentier Hickory

Chaque sentier offre une belle vue sur le canal Old Ausable et crée un habitat de bordure idéal pour les grenouilles, les champignons et même les grands oiseaux. C’est sur le sentier Hickory que j’ai capté une vidéo d’un grand héron que j’avais essayé de photographier tout l’été!

Bien que ces sentiers soient tous courts, doux et relativement faciles, je perdais de la vigueur.

Le sentier Bittersweet m’a semblé être le kilomètre interminable de la journée.

Le dernier sentier

J’ai atteint le point de vue du sentier Wilderness peu après 16 h et j’ai été récompensée par une vue magnifique du lac Huron.

vue du lac Huron

La pluie s’était momentanément arrêtée, mais je pouvais la voir tomber au loin au-dessus du lac, avec des nuages orageux se rapprochant progressivement. Je vois la plage presque tous les jours, que ce soit pour nettoyer une plage, dégager un sentier ou pour aider à installer des trottoirs déroulants; alors le point de vue du sentier Wilderness n’aurait pas dû être spécial.

Cependant, après sept heures de randonnée, c’était le spectacle le plus gratifiant auquel j’avais assisté de tout l’été.

La brise fraîche et l’atmosphère calme ont insufflé un sentiment de paix qui avait fait défaut dans l’excitation et la détermination de la journée. Malgré que j’étais trempée et endolorie, je n’aurais pas pu être plus heureuse.

Le dernier prolongement

employée près d’un panneau de sentier

Comme il me restait du temps avant la fin de la journée de travail, j’ai décidé de retourner faire une randonnée sur le prolongement du sentier Cedar que j’avais omis plus tôt dans la matinée.

Bien qu’ayant techniquement parcouru tous les sentiers au complet, j’avais l’impression d’avoir triché avec moi-même en omettant un prolongement.

Au terme de mon périple, vers 17 h, j’avais fait huit heures de randonnée, parcouru 20,1 km, fait 32 862 pas et monté 47 escaliers.

À la fin, j’avais mal aux pieds, j’étais transie de froid et affamée. J’étais absolument épuisée, mais je n’aurais pas fait les choses autrement.

Malgré les répercussions sur mon organisme, j’étais extrêmement fière de moi.

Défi relevé!

Je suis incroyablement reconnaissante d’avoir eu l’occasion de relever ce défi.

sentier

Parfois, quand je fais de la randonnée, je suis tellement concentrée sur l’entretien des sentiers ou l’identification des espèces que j’oublie de profiter de la beauté qui m’entoure et de me réjouir des petites choses.

Ce défi m’a donné beaucoup de temps pour réfléchir et m’a permis d’apprécier certains des sentiers que je fréquente moins souvent.

Les sentiers de Pinery mettent en valeur des écosystèmes vraiment uniques qui méritent que l’on en profite au maximum.

Après avoir terminé mon Tour de Pinery, je peux sincèrement annoncer que je prévois le refaire et que j’encourage les campeurs et les visiteurs à essayer eux aussi!

Bien que cela m’ait pris près de huit heures, j’ai fait de nombreuses pauses et je suis retournée parcourir le prolongement du sentier Cedar. Il est assurément possible de relever le défi suprême de Pinery en moins de temps, mais cela prendra la majeure partie de la journée.

Allons-y…

Si vous pensez qu’entreprendre tous les sentiers en une journée est un peu ambitieux pour vous, commencez à petite échelle comme je l’ai fait.

promenade de bois

La randonnée sur tous les sentiers en une saison ou une seule semaine est une excellente façon de commencer! Vous pouvez même vous fixer vos propres défis, comme la randonnée sur tous les sentiers sur la route d’utilisation diurne ou, pour les débutants, la randonnée sur tous les sentiers accessibles.

Avant que vous partiez…

Voici quelques faits que j’ai appris au cas où vous décideriez de relever ce défi :

Habillez-vous en fonction des conditions. Bien que j’aie réellement aimé mon expérience, j’aurais quand même préféré être au chaud et au sec. Des pantalons longs peuvent également vous protéger des tiques et de l’herbe à puce, tous deux présents à Pinery.

bottillons

Deuxièmement, choisissez des souliers confortables qui soutiennent vos pieds. Je faisais de la randonnée en uniforme de travail, y compris des bottillons à embout d’acier, qui, je peux le dire, sont loin d’être idéaux pour les longues distances. Je fais habituellement deux ou trois randonnées par jour avec mes bottillons à embout d’acier sans problème, mais dix randonnées se sont avérées un peu ambitieuses pour mes bottillons usés.

employée devant l’enseigne de Pinery

Mon dernier conseil pour les randonneurs enthousiastes est d’adopter une bonne attitude. Maintes fois où j’ai été tentée d’abandonner, une attitude positive (et des collations) m’a aidé à surmonter l’épreuve.

La prochaine fois que je ferai mon Tour de Pinery ou une randonnée sur un sentier, j’espère vous voir faire la même chose!