Orchidées du nord : la vie du Sabot de la Vierge

Lorsque vous entendez le mot « orchidée », vous songez peut-être automatiquement à quelque fleur bizarre ou aux couleurs fantastiques provenant d’une lointaine et torride jungle tropicale.

Mais les orchidées ne sont pas toutes des fleurs exotiques aux couleurs éclatantes

Si vous avez fait une randonnée dans les bois de beaucoup de nos parcs provinciaux, vous avez probablement vu quelques orchidées indigènes. Certaines orchidées de l’Ontario sont très jolies, alors que d’autres sont très discrètes.

Le Sabot de la Vierge (appelé également communément Cypripède acaule) peut avoir l’air délicat, mais c’est une plante rustique qui peut résister aux hivers froids du nord de l’Ontario. On trouve quelques espèces de sabots de la Vierge en Ontario – le Cypripède royal, le Cypripède tête-de-bélier et le Cypripède jaune ont tous cette allure de « sabot ».

Two images: one of the profile of of the orchid blossom, and the other of the front view
L’orchidée vue de côté et de face

La fleur n’a que trois pétales : deux d’entre eux sont courbés de chaque côté, au-dessus, et le troisième, beaucoup plus gros a, en dessous, la forme d’un « sabot ».

Nous avons mentionné qu’elle a une vie intéressante…

Avec sa fleur rose brillante et une odeur enivrante, le Sabot de la Vierge est une cible invitante pour nos bourdons indigènes. Ceux-ci se glissent dans le sabot à la recherche de nectar, mais n’en trouvent pas. Le bord de la fleur est tourné vers l’intérieur, de sorte que le bourdon ne peut ressortir en reculant et doit se retourner dans le sabot. Il passe sous le stigmate de la fleur et dépose du pollen d’autres fleurs qui s’est collé sur lui. En sortant, le bourdon est de nouveau couvert de pollen, qu’il transporte vers d’autres fleurs de Sabot de la Vierge, les pollinisant, mais n’obtenant toujours pas de nectar.

La plante berne le bourdon et le pousse à la féconder, et elle épargne de l’énergie en ne produisant pas de nectar. Mais le bourdon apprend après quelques visites de sabots de la Vierge, de sorte que la fleur a besoin d’un flux constant de jeunes bourdons qui ignorent qu’on les dupe. Sans cela, le sabot de la Vierge ne sera pas pollinisé.

Side view of orchid blossom with arrow pointing to the hole at the top (says "exit") and the chamber at the bottom that says "entrance"
Le bourdon est attiré vers l’entrée de la fleur, dans le pétale inférieur d’un rose vif, mais il doit sortir par le haut de la fleur, qu’il féconde

La pollinisation est donc une affaire sommaire, mais si la fleur est fécondée et produit des graines, ça devient plus intéressant…

La semence ne germera que si les conditions sont parfaites. Alors, des champignons (que l’on trouve en fines bandes et en grand nombre dans le sol) se fixent à la semence d’orchidée et commencent à se nourrir d’elle (!!!). La graine croît lentement et devient un « bulbe », épaisse tige végétale souterraine d’où poussent les racines et les feuilles. Le sabot de la Vierge n’a pas de racines à lui et mourrait sans l’aide des champignons.

Cluster of seven orchids with many leaves at the base on a background of forest litter
Un groupe de Sabots de la Vierge poussent ensemble dans le parc provincial Killarney. Ils peuvent être reliés les uns aux autres sous la surface du sol

Au bout de plusieurs années, l’orchidée se dote d’un système racinaire, tout en étant nourrie par les champignons. Une fois les racines de l’orchidée poussées, un bourgeon peut apparaître et des feuilles commencent à se développer. Maintenant qu’elle peut se nourrir, il est temps de rendre la pareille aux champignons – les racines de l’orchidée fournissent maintenant des nutriments aux champignons.

Le Sabot de la Vierge peut attendre 10 ans pour fleurir après l’apparition des racines et des feuilles

Cette approche de la procréation semble plutôt hasardeuse – des champignons, des conditions parfaites et des bourdons pas très futés, pour produire une graine qui semble mettre une éternité pour revenir au stade de la fleur. L’orchidée a cependant un plan B…

Le Sabot de la Vierge se dote également de tiges souterraines appelées rhizomes, qui s’étendent depuis la plante principale et produisent de nouveaux rejetons qui peuvent devenir des tiges florales et des feuilles. S’il n’est pas perturbé, un Sabot de la Vierge peut donner naissance à une grande colonie, de nombreuses fleurs étant regroupées. Certaines de ces grosses plantes peuvent avoir plus de 100 ans!

Forest floor covered with moss and saplings, and dotted with pink blossoming orchids
Une « forêt » de Sabots de la Vierge pousse dans une étendue de mousse de sphaigne dans le parc provincial Grundy Lake

En raison de leur lien vital avec les champignons forestiers, et de leur cycle de vie complexe, ils ne poussent ou ne se transplantent pas bien dans les jardins, de sorte que les jardiniers et nous tous devons nous contenter de les admirer dans leur habitat naturel.

Où peut-on voir des Sabots de la Vierge?

On en trouve dans le centre et l’est du Canada ainsi que dans l’est des États-Unis, dans des habitats divers. Toutefois, comme nous l’avons mentionné, ils poussent mieux là où ils ne sont pas perturbés, ce qui fait des parcs de l’Ontario de bons endroits où les admirer. Dans les parcs du sud de l’Ontario, on peut les voir fleurir à la fin de mai, tandis que dans ceux du centre de l’Ontario ils fleurissent dans la première moitié de juin. Dans les parcs du nord, les orchidées fleurissent jusqu’en juillet.

N’oubliez pas de mentionner @Ontarioparks lorsque vous publiez des photos d’orchidées et d’autres fleurs prises depuis nos sentiers!