Merci pour les souvenirs! pt. 4

Notre famille vient au parc Presqu’ile depuis 20 ans. Chaque année depuis les 19 dernières années, nous prenons un photo de nos quatre enfants sur les marches du phare. Quand nous regardons ces photos, nous nous souvenons de toutes les années et de tous les souvenirs que nous avons ici. Presqu’ile est un endroit extraordinaire.
Ron, Nancy, Russell, Mallory. Adrienne et Warren Ferwerda
Guelph, Ontario

Nous allons à Restoule depuis 20 ans et l’appelons notre « deuxième chez nous ». Nous y avons tellement de souvenirs qu’il est difficile d’en souligner seulement un. Nous avons 5 fils dont les 3 plus jeunes y viennent depuis qu’ils étaient tout bébés. Nos 2 aînés se marient l’an prochain mais n’oublieront jamais Restoule. Nous aimons sa tranquillité et sa localisation en dehors des sentiers battus. Nous y avons amené différents amis qui sont comme nous tombés sous son charme.
Lydia Van Huizen
St. Catharines, Ontario

L’été dernier, je suis partie en excursion en canot dans le parc Algonquin avec mon petit ami et un autre couple. J’y ai probablement passé les trois plus beaux jours de ma vie. Mon meilleur souvenir est le coucher du soleil sur l’île Burnt et les rires avec mes compagnons. Le paysage était vraiment serein et époustouflant; j’aurai voulu rester perchée à jamais sur ce rocher.
Ann-Marie Reid
Burlington, Ontario

Il était plus de minuit en septembre à Murphys Point, il faisait très noir et tout était immobile; on ne distinguait que la petite lueur et le léger crépitement d’un feu de camp. J’ai lancé un regard furtif sur deux yeux ronds dans la forêt en pensant que c’était un raton laveur. Soudainement, l’animal a bougé et j’ai réalisé que ce raton laveur était plus grand que moi. Je suis resté figé. Ensuite, une grande biche est sortie de l’obscurité en me regardant et s’est tellement approchée que j’aurai pu lui caresser le nez. Je suis resté immobile pendant qu’elle broutait puis elle est retournée tranquillement dans le bois. Oh! Quelle émotion! Un moment magique… absolument merveilleux.
Don Richard
Kingston, Ontario

Parc Algonquin. Ces deux mots font remonter une foule de souvenirs pour moi, et maintenant pour toute ma famille. Je ne sais pas exactement quand j’y ai campé pour la première fois mais je peux vous dire que j’y suis venue pendant mon enfance et mon adolescence et que j’y viens encore en tant que mère et épouse qui élève ses enfants dans le parc. J’emploie le mot « élever » parce que j’ai eu l’impression d’y avoir été élevée.

Nous sommes venus camper à Algonquin au mois d’août depuis trop longtemps pour que je m’en souvienne mais, pour une raison qui m’échappe, nous n’avons jamais entendu les hurlements des loups … pas de loup cette semaine. Nous avons eu le plaisir de voir bien d’autres animaux sauvages cependant, mais j’espère ne jamais rencontrer encore d’ours. Que ce soit aux lacs Pog et Two Rivers pendant mon enfance ou aux lacs Kerney et Mew avec mes enfants, en mai, en août ou au milieu de l’hiver, en camping sauvage ou dans des terrains aménagés, nous aimons tous le parc Algonquin. Les souvenirs s’accumulent; c’est un lieu très spécial pour nous tous.
Kim Rice
Waterloo, Ontario