Les yeux vers le ciel — mars 2017

Bienvenue à la série « Les yeux vers le ciel » de Parcs Canada. Cet espace (<– vous voyez ce que nous avons fait là?) couvrira un vaste éventail de sujets astronomiques, et particulièrement ce qu’on peut voir dans les ciels purs de nos parcs provinciaux.

Mars est un des mois les plus extraordinaires pour camper, ou simplement pour être à l’extérieur, à profiter de nos parcs. Le 20 mars, la terre atteint l’équinoxe de printemps, le jour où débute officiellement cette saison, et où les heures de soleil et de nuit sont égales.

Voici nos faits saillants astronomiques pour mars 2017 :

La position du soleil

Les nombreux mouvements de la terre se combinent merveilleusement pour nous offrir des observations fascinantes. Nous tournons autour de notre axe (dont le « Nord » est actuellement orienté vers l’étoile Polaire, l’étoile du Nord). Nous effectuons notre orbite autour du soleil en 365 jours et ¼, et l’orbite du soleil autour du centre de notre galaxie dure un peu moins de 250 millions d’années.

Pour mieux examiner la position du soleil en mars et de l’équinoxe de printemps, concentrons-nous sur deux de ces mouvements : la rotation et l’orbite de la terre.

Diagram showing seasonal rotation of earth around sun

Le diagramme ci-dessus montre le mouvement de la terre autour du soleil ainsi que sa rotation autour de son axe. Même si la terre se déplace continuellement autour du soleil, l’axe de notre planète pointe toujours dans la même direction, tout au moins pendant quelques années. Pour des observateurs dans l’hémisphère nord, l’axe de la terre pointe vers l’étoile Polaire. La lumière du soleil (représentée par les flèches orange dans le diagramme ci-dessus) atteint la terre et réchauffe toute la planète, mais le réchauffement est plus accusé directement sous les rayons du soleil.

Pendant l’été, étant donné que l’hémisphère nord est orienté vers le soleil à midi, il y a davantage d’heures de jour et davantage de chaleur directe pour ceux qui sont au nord. En hiver, la situation est inversée, car c’est l’hémisphère sud qui est orienté vers le soleil à midi, tandis que le nord reçoit moins de lumière et moins de chaleur.

Lors des équinoxes de printemps et d’automne (« équinoxe » signifie «égale » et « nuit »), la terre est placée de telle sorte que la lumière directe du soleil se trouve autour de l’équateur, exactement entre les hémisphères nord et sud. À ces moments, la lumière et l’obscurité sont de durées égales, et les températures sont modérées. Les équinoxes sont d’importants indicateurs du changement saisonnier.

La lune, les planètes et d’autres phénomènes

Les phases de la lune en mars se produisent presque aux mêmes dates qu’en février, parce que la durée de février est presque égale à celle de l’orbite de la lune autour de la terre.

Les phases de la lune les soirs de mars sont les suivantes :

  • premier croissant le 2 mars
  • premier quartier le 4 mars
  • lune gibbeuse croissante le 8 mars
  • pleine lune le 12 mars

La dame de la lune

Tel que promis dans notre billet « Les yeux vers le ciel » du mois dernier, il sera question dans l’actualité lunaire de ce mois-ci de la « dame de la lune ». Beaucoup de gens ont parlé des différents types de personnes ou d’animaux qu’ils voient sur la face de la lune. Une des figures les plus nettes est celle de la dame de la lune. Lorsqu’un de nos nombreux présentateurs de l’astronomie a montré la dame à un public, un jeune participant a signalé qu’elle avait diablement l’air de Délima Caillou (Wilma Flintstone, dans la version anglaise) des Pierrafeu.

Dès qu’on voit Délima, on ne l’oublie jamais :

the shape of a woman's face in the moon

Planètes

Vénus et Mars continuent d’être visibles dans le ciel nocturne. Vénus, qui est la brillante « étoile du soir » depuis quelques mois maintenant, disparaîtra à la fin du mois et commencera à n’être visible que le matin (l’« étoile du matin », par conséquent). Donc, au moment de dire au revoir à Vénus, parlons encore un petit peu de cette planète.

Vénus, nommée pour la déesse romaine de la beauté, est un des plus beaux objets que l’on puisse voir sans télescope dans le ciel nocturne. Chose intéressante, beaucoup de cultures anciennes ne voyaient pas dans ces deux apparitions le même objet et leur donnaient donc deux noms (« étoile du matin » et « étoile du soir »).

venus-phasingCette photo montre Vénus vue à travers un télescope de l’observatoire du parc provincial Killarney. On ne voit aucun détail parce que Vénus est complètement entourée de nuages. Cette photo montre que la planète passe par des phases dans son orbite autour du soleil. Galilée a découvert cela au début du XVIIe siècle en se servant de son très primitif tube optique (télescope).

Vénus est remarquablement semblable à la Terre à bien des égards : elle vient plus proche de la terre que toute autre planète, elle a à peu près la même taille que la terre et c’est un monde rocheux avec une atmosphère épaisse.

Toutefois, l’épaisse atmosphère de Vénus est constituée de plus de 90 % de dioxyde de carbone (CO2). Ce gaz à effet de serre bien connu permet à la lumière du soleil d’atteindre la surface de Vénus et de la réchauffer. Mais très peu de cette chaleur peut s’échapper dans l’espace parce que le CO2 la piège, comme les vitres d’une serre, qui préservent la chaleur. En conséquence, c’est Vénus, et non Mercure, qui est la planète la plus chaude de notre système solaire, avec une température moyenne d’environ 460 degrés Celsius.

En fait, c’est la découverte par Carl Sagan de cet « effet de serre » sur Vénus qui a d’abord alerté la communauté scientifique des dangers potentiels du changement climatique sur notre propre planète.

La constellation en vedette : le Lion

Dans le blogue du mois passé, nous avons parlé des Gémeaux, ainsi que de deux autres constellations importantes visibles en hiver. Le billet de ce mois-ci portera sur trois constellations qui marquent la transition de l’hiver au printemps : le Lion, le Cancer et la Chevelure de Bérénice.

Le Lion

Haut au sud à cette époque de l’année, on peut voir le Lion. Pour trouver cette constellation, cherchez un point d’interrogation à l’envers et, à sa gauche, un triangle dont la partie longue fait face à votre gauche (l’est). La tête et la crinière du Lion sont formées par ce point d’interrogation, et son corps s’allonge vers le triangle.

Vous n’arrivez pas à le voir? Faites glisser votre souris sur l’image ci-dessous pour voir un félin superposé aux étoiles du Lion.

Régulus, l’étoile la plus brillante du Lion, est un système stellaire multiple (quatre étoiles en orbite l’une autour de l’autre), dont deux sont visibles au télescope. Régulus, qui signifie « roitelet », est une des quatre étoiles royales des Anciens. Les autres sont Antarès (été), Aldébaran (hiver), et Fomalhaut (automne).

Le Cancer (le crabe)

À l’ouest du Lion se trouve le Cancer. Quelques étoiles discrètes forment le corps du crabe. À l’intérieur de la constellation, on peut trouver un amas ouvert appelé M44 – l’amas de la Crèche, ou de la Ruche.

Comme nous le disions dans l’édition du mois dernier, un amas ouvert est un groupement lâche d’étoiles qui se sont toutes formées ensemble à partir d’un nuage gazeux géant. Le nuage s’est peut-être dissipé, mais les étoiles subsistantes sont toujours visibles. On peut repérer des amas ouverts dans les ciels du parc avec des jumelles. Avec un télescope, leur vision est fabuleuse.

La Chevelure de Bérénice

À la gauche (l’est) du Lion se trouve la constellation de la Chevelure de Bérénice, nommée en l’honneur de la reine Bérénice II (reine d’Égypte sous la dynastie ptolémaïque). C’est la seule constellation qui porte le nom d’un personnage historique.

Cette constellation, qui est constituée d’un grand nombre d’étoiles lâches représentant la chevelure qu’elle a coupée et sacrifiée comme offrande votive. Chose intéressante, sa chevelure est en fait elle-même un amas stellaire ouvert, mais elle n’était pas reconnue comme telle à cause de sa grande taille.

Les aurores boréales

Les équinoxes de printemps et d’automne sont souvent de bons moments pour voir des aurores boréales (appelées arsaniit en inuktitut). Ces lueurs féériques se produisent lorsque des particules chargées émanant du soleil le long du vent solaire interagissent avec le champ magnétique de la terre. Lorsqu’il y a un grand nombre de particules chargées, le champ magnétique de la terre peut devenir si comprimé du côté vers le soleil qu’il ne peut plus dévier et éloigner de notre atmosphère toute la matière. Au contraire, la matière peut entrer en collision dans l’atmosphère, chargeant les molécules d’air un peu comme dans le cas d’une enseigne au néon.

Aurora Borealis at Greenwater PP. Photo taken

Habituellement, lorsque le soleil est particulièrement actif (il présente un cycle de 11 ans d’activité élevée ou faible), davantage de matière se libère dans l’espace (et parfois vers la terre). Malheureusement, nous approchons du minimum d’activité (minimum solaire) et il est peu probable (mais pas impossible) que nous voyions de belles aurores boréales cette année depuis nos latitudes.

Levez vos yeux vers le ciel ce mois-ci

N’oubliez pas de vous habiller chaudement et de profiter de la vue depuis nos parcs. Les étoiles attendent ceux et celles qui font un effort pour les admirer.