Edmund_Fitzgerald

Les tempêtes de novembre : souvenir de l’Edmund Fitzgerald

Le billet d’aujourd’hui a été rédigé par Dave Sproule, notre spécialiste des programmes éducatifs du patrimoine naturel.

Il y a 44 ans, l’Edmund Fitzgerald, un énorme cargo, faisait naufrage sur le lac Supérieur.

En voici l’histoire.

La vie sur le lac Supérieur

On dit que le lac Supérieur est un « faiseur de temps ». C’est le lieu de repos de nombreux navires, bateaux et canots, et de leurs équipages. Des milliers de vaisseaux ont connu une fin prématurée sur cette mer intérieure.

Le lac Supérieur est la plus grande étendue d’eau douce au monde par la superficie. Il est si grand qu’il crée son propre temps et influence le climat de la région.

Des tempêtes peuvent se lever en tout temps, mais la combinaison des vents dominants, du temps et des changements saisonniers fait que le lac devient plus agité plus l’été avance.

Pancake Bay beach

À la fin du XVIIIe siècle, les voyageurs de la Compagnie du Nord-Ouest transportaient dans des canots de 10 m (36 pi.) des marchandises de traite lorsqu’ils se dirigeaient vers l’ouest, au-delà des Grands Lacs, et de précieuses fourrures lorsqu’ils retournaient vers l’est, à MontréalVoyageur Canoe Brigade.

Sur le lac Supérieur, ils pouvaient s’attendre à être poussés vers la côte par le vent un jour sur trois au début de la saison. En août, cela pouvait être le cas deux jours sur trois.

À la fin de l’automne, les « tempêtes de novembre » font généralement rage sur le lac Supérieur, créant des conditions dangereuses même pour les gros navires modernes.

L’Edmund Fitzgerald

Le plus célèbre naufrage du lac Supérieur est celui de l’Edmund Fitzgerald, un cargo de 222 mètres chargé de minerai de fer, qui coula à 18 km au large de la pointe Coppermine, à 60 km au nord de Sault Ste Marie, en Ontario.

Edmund Fitzgerald_frieghter_Pancake Bay wreck

L’Edmund Fitzgerald et son équipage de 29 personnes quitta Superior, dans le Wisconsin, le 9 novembre 1975 avec 26 000 tonnes de boulettes de minerai de fer dans sa cale, à destination de Detroit (Michigan). Le navire était le plus gros cargo à avoir jamais navigué sur les Grands Lacs quand il fut lancé en 1958.

Le capitaine du navire, Ernest McSorley, et le capitaine Bernie Cooper, de l’Arthur M. Anderson, qui naviguait de conserve avec l’Edmund Fitzgerald en ce jour de novembre, choisirent un itinéraire à travers la partie nord du lac Supérieur, pour éviter une tempête qui se développait au sud-ouest.

À la fin du 9 novembre, la tempête était arrivée, et des vents violents soulevaient des vagues de trois à quatre mètres de hauteur. Mais les deux capitaines avaient déjà connu des conditions de ce genre.

Fitz map

Les conditions avaient empiré l’après-midi du 10 novembre, la neige et les embruns réduisant la visibilité. Le Fitzgerald prenait l’eau et ses deux pompes fonctionnaient.

McSorley communiqua par radio à Cooper que le Fitz gîtait. Le capitaine de l’Anderson avait remarqué sur son radar que le Fitzgerald était passé très près du haut-fond Six Fathom quand le navire passait devant l’île Caribou et se dirigeait vers la sécurité de la baie Whitefish, à l’extrémité est du lac Supérieur.

FitzgeraldÀ la fin de l’après-midi, le capitaine de l’Anderson observa des rafales de vent de jusqu’à 70 nœuds et des vagues atteignant 8 mètres. À 18 h 55, l’Anderson fut englouti par une énorme vague qui allait de la poupe à la proue, laquelle fut suivie d’une autre vague gigantesque.

Le capitaine Cooper vit les deux vagues se diriger vers le sud, vers la position du Fitzgerald, 25 km plus loin. Plus tard, Cooper dira qu’il était certain que c’était ces vagues qui avaient coulé le Fitzgerald.

La dernière communication radio entre le Fitzgerald et l’Anderson eut lieu à 19 h 10. Le Fitzgerald disparaissait et réapparaissait sur l’écran radar de l’Anderson – la hauteur des vagues provoquait des interférences.

Cooper demanda au capitaine McSorley comment ils allaient. McSorley répondit : « Nous tenons le coup. » Quelques minutes plus tard, le Fitzgerald disparut pour la dernière fois de l’écran radar.

Théories

Power of Lake SuperiorBeaucoup de théories ont été formulées pour expliquer pourquoi et comment le Fitzgerald a sombré.

La cause a été une « inondation massive de la cale du cargo », que la garde côtière américaine a attribué à l’époque à des écoutilles de chargement mal assujetties.

D’autres rejettent cette théorie, considérant le passage du navire au-dessus du haut-fond Six Fathom, qui peut avoir endommagé la coque, comme étant à l’origine du fait que le navire a pris l’eau et est ainsi devenu plus lourd et plus susceptible d’être endommagé par les grosses vagues qu’a connues l’Anderson.

Il semble probable que le navire ait été englouti par les vagues et ait piqué proue la première sous la surface du lac. Le poids du navire le fit descendre jusqu’au fond du lac, à 160 m sous la surface.

Lorsque le Fitzgerald a été retrouvé, on a découvert qu’il s’était fendu en deux, presque au milieu. Une expédition organisée pour rechercher l’épave et récupérer sa cloche révéla que la proue du navire avait subi un impact important.

Son chargement de boulettes de minerai de fer s’était répandu sur le fond du lac entre la section de la proue, qui était debout, et celle de la poupe, qui avait été renversée.

« The Wreck of the Edmund Fitzgerald », de Gordon Lightfoot

À peine deux semaines après le naufrage du Fitzgerald, le magazine Newsweek publia dans son numéro du 24 novembre 1975 un article sur la tragédie intitulé « Great Lakes: The Cruelest Month, James R. Gaines with Jon Lowell in Detroit » (Grands Lacs, le mois le plus cruel, James R. Gaines avec Jon Lowell à Detroit).

L’article commençait ainsi : « D’après une légende de la tribu chippewa, le lac qu’ils appelaient Gitche Gumee “ne rend jamais ses morts”. »

Cet article a inspiré Gordon Lightfoot, qui a écrit ce qu’il considère comme sa chanson la plus importante, et certainement une chanson que beaucoup de Canadiens et d’Américains connaissent bien. Cette chanson est un hommage aux hommes qui constituaient l’équipage du Fitzgerald et ont perdu la vie en cette nuit de tempête.

Le naufrage de l’Edmund Fitzgerald est probablement le plus connu du lac Supérieur, mais pouvez-vous nommer d’autres naufrages célèbres? Vous pouvez lire ici sur d’autres naufrages du lac Supérieur.