La migration des oiseaux au printemps

Le billet d’aujourd’hui a été rédigé par Laura Penner, chargée des programmes éducatifs du patrimoine naturel au parc provincial Rondeau .

Regarder s’éveiller une forêt et revivre au printemps après un long hiver est quelque chose auquel nous avons presque tous hâte. Bien que l’hiver ait ses charmes et soit d’une beauté saisissante, le retour des longues journées chaudes change tout simplement le rythme de nos activités extérieures.

Nous ne sommes pas les seuls à nous préparer au changement de saison. En fait, la nature a déployé énormément d’énergie pour profiter de cette période relativement courte de chaleur, et de la quantité apparemment illimitée de nourriture disponible qui vient avec. Cela est manifeste dans les innombrables volées d’oiseaux qui migrent vers le nord chaque printemps.

Avez-vous déjà pris un moment pour vous demander pourquoi les oiseaux migrent?

Il nous est facile de comprendre pourquoi ils vont vers le sud en hiver – il fait froid! Si les insectes et les fruits composent la majeure partie de votre alimentation, il est tout à fait logique  d’aller là où ils sont le plus abondants.

Paruline orangée. Photo : Ric McArthur

C’est le voyage de retour qui est un peu plus difficile à comprendre pour les humains. Pourquoi les oiseaux quitteraient-ils le « paradis »? Pourquoi risqueraient-ils tout pour effectuer sur des milliers de kilomètres un périlleux voyage vers le nord chaque printemps?

Ce voyage est indispensable à leur survie!

S’ils passaient l’été au sud, la concurrence pour les ressources serait féroce entre les oiseaux migrateurs et les oiseaux indigènes de la région.

Piranga vermillon. Photo : Allen Woodcliffe

De plus, la migration vers le nord au printemps se produit pile à la période de la feuillaison des arbres, permettant aux oiseaux migrateurs de profiter d’une énorme augmentation des populations d’insectes qui éclosent à temps pour se nourrir de ces nouvelles feuilles fraîches.

Les jours rallongent pendant que les oiseaux se déplacent vers le nord, et l’augmentation du nombre d’heures de jour leur donne plus de temps pour attraper des insectes.

Des routes invisibles dans le ciel

Au cours de leur voyage, les oiseaux suivent quatre principales voies migratoires – pensez-y comme à des routes invisibles dans le ciel. Ces routes migratoires suivent normalement des éléments naturels comme des rivages, des chaînes de montagnes et des réseaux hydrographiques, et elles aident les oiseaux à retourner à leurs aires de nidification.

flock of birds

Nous avons la chance en Ontario que deux de ces grandes routes migratoires bifurquent et se croisent au-dessus de la province, nous amenant une énorme variété d’oiseaux migrateurs dans certaines régions.

L’importance des langues de sable des Grands Lacs

Les Grands Lacs peuvent constituer un défi pendant la migration, car nombre d’oiseaux doivent attendre des conditions météorologiques favorables pour parvenir à les traverser. Les trois langues de sable du lac Érié (dans le parc national de la Pointe-Pelée, le parc provincial Rondeau , et le parc provincial Long Point) offrent un endroit idéal où les oiseaux fatigués peuvent atterrir et reprendre des forces avant de poursuivre leur périple vers le nord.

Long Point beach dusk
Le parc provincial Long Point

Visiter l’une ou l’autre de ces langues de sable pendant le mois de mai, alors que les parulines et d’autres oiseaux chanteurs s’y arrêtent, vous procurera une des meilleures expériences d’observation des oiseaux que puisse vous offrir la province avec 365 espèces (ou davantage) à cocher sur votre liste des oiseaux à observer.

Observation des oiseaux à Rondeau

Rondeau, en particulier, possède des habitats qu’on ne trouve nulle part ailleurs, et offre par conséquent des possibilités d’observation des oiseaux qu’on ne trouve nulle part ailleurs non plus!

Sur nos plages, soyez à l’affût des huards qui les survolent, et dans nos marais essayez de repérer des oiseaux comme le râle ou le héron.

Râle de Virginie. Photo : Ric McArthur

Les bourbiers offrent un habitat à des oiseaux rares comme la paruline orangée, qui niche dans le parc même. Ils constituent également un habitat de choix pour des oiseaux qui ne font que passer, comme la paruline hochequeue!

Activités d’observation des oiseaux au printemps à Rondeau :

birders with binoculars at Rondeau

Notre Festival of Flight (Festival des oiseaux) vous offre une fantastique occasion de faire travailler vos muscles d’ornithologues amateurs, peu importe votre niveau d’expérience. Nous avons des aires d’observation des oiseaux accessibles et un guide local pour vous aider à les identifier. Il y a toujours des membres du personnel chargé du patrimoine naturel de Parcs Ontario dans les parages pour répondre à vos questions quand vous en avez!

Amenez-vous au déjeuner pour les ornithologues amateurs organisé par les Friends of Rondeau pour vous restaurer selon votre faim et échanger sur vos observations avec d’autres passionnés de l’observation des oiseaux!