La « Limite vivante » au sud de Muskoka

Le nom « Living Edge » évoque plus un film de Bond qu’un sentier… jusqu’à ce vous le parcouriez à travers bois.

Le sentier Living Edge (pouvant se traduire par Limite vivante) dans le parc provincial Six Mile Lake ne mesure qu’un kilomètre, mais il traverse une telle variété de paysages et d’habitats qu’il semble beaucoup plus long.

Il permet également aux visiteurs de voyager dans le temps en leur montrant comment les glaciers ont façonné la terre il y a des milliers d’années. Le parc provincial Six Mile Lake est petit à l’extérieur, mais grand à l’intérieur.

Six Mile Lake se situe près de la limite sud de Muskoka et du Bouclier canadien. Le parc offre ce paysage classique du Bouclier constitué de granit rose, d’eau bleue et de pins imposants. À seulement deux heures au nord de Toronto, Six Mile Lake est une parcelle du Nord de l’Ontario.

Six Mile Lake se situe à la limite du Bouclier canadien

Le Bouclier canadien est une vaste étendue de l’ancienne assise rocheuse qui forme le centre du continent nord-américain. La majeure partie de ce Bouclier a plus d’un milliard d’années et certaines parties sont beaucoup plus âgées encore. C’est la « limite » du sentier Living Edge… la limite sud du Bouclier.

Trois adultes et un enfant marchant sur le roc, avec des arbres en arrière-plan sous un ciel bleu lumineux.
Promenade sur l’assise rocheuse du Bouclier canadien.

Cette assise rocheuse dure est exposée à la vue à de nombreux endroits dans le parc. Comment une si vieille formation rocheuse s’est-elle retrouvée sur le dessus?  Par un milliard d’années d’érosion.

Des montagnes émergent et le vent, l’eau et la glace essaient de les émousser. Le dernier grand événement ayant érodé davantage cette formation rocheuse dure a été une période glaciaire, qui ne s’est terminée qu’il y a environ 14 000 ans dans cette région et qui a duré quelque 20 000 ans – un clin d’œil à l’échelle du temps géologique.

Ce fut cependant suffisamment long pour émousser encore davantage le Bouclier – jusqu’à quelques centaines de mètres de hauteur – et lorsque la glace eut disparu, il y avait une vaste étendue de … désert! Pas de plantes, pas d’animaux, pas d’humains.

La vie a dû reprendre à partir de zéro, se déplaçant lentement vers le nord sur un territoire de landes, de sable, de gravier et d’assise rocheuse exposée. C’est la partie “vivante” du sentier Living Edge.

Assise rocheuse, zones boisées, étangs et terres humides

Les landes rocheuses sont les zones exposées d’assise rocheuse présentes dans tout le parc et elles constituent un endroit où les plantes vivent difficilement, avec peu ou pas de terre, peu d’eau et des températures extrêmes en été et en hiver.

Stries glaciaires dans l’assise rocheuse du Bouclier canadien
Il y des milliers d’années, la glace glaciaire, dans laquelle se trouvaient du sable et du gravier, a lentement miné cette assise rocheuse, laissant de minces sillons qui vont de haut en bas comme le montre cette photo

Des parties de la surface de l’assise rocheuse ressemblent beaucoup à ce qu’elle était intégralement il y a des millénaires – les éraflures laissées dans la formation rocheuse par des pierres prises dans la glace glaciaire sont encore visibles par endroits.

Plantes spécialement adaptées

Le genévrier commun est une plante à feuilles épineuses persistantes qui pousse dans les fissures de l’assise rocheuse, recouvrant le sol pour empêcher d’autres plantes de lui faire concurrence pour l’eau précieuse. Certaines plantes se cachent même à l’intérieur d’autres organismes vivants pour échapper aux conditions extrêmes des landes.

Feuillage épineux vert
Genévrier commun
Lichen bleu vert recouvrant un rocher
Le lichen est composé d’une algue et d’un champignon

De minuscules algues trouvent refuge dans les parois de champignons spécialisés et forment ensemble le lichen. Le lichen peut résister à des températures et à une humidité extrêmes auxquelles de nombreuses autres plantes ne peuvent pas résister. Les champignons forment les structures et stockent l’eau, et les algues produisent la nourriture. Ensemble, ils produisent des substances, y compris un acide doux, qui aident à désagréger la surface de l’assise rocheuse. De leur propre manière à petite échelle, ils contribuent au lent processus de fabrication du sol.

La corydale toujours verte pousse dans les fissures et possède une racine pivotante profonde qui l’aide à trouver de l’eau dans l’assise rocheuse aride. Ses délicates fleurs roses et à l’extrémité jaune contrastent avec sa robustesse et sa capacité à survivre.

Le berceau du scinque

Les landes rocheuses semblent désertes dans la chaleur de l’été. Cependant, vous aurez peut-être la chance de voir le seul lézard de l’Ontario filer d’une crevasse à l’autre, à la recherche d’insectes. Le scinque pentaligne commun n’est malheureusement pas si commun. Il couvre un vaste territoire dans l’est de l’Amérique du Nord, du nord de la Floride au nord de la baie Georgienne, mais il est considéré comme une espèce vulnérable et préoccupante en raison de la perte d’habitat, du commerce d’animaux de compagnie et des routes.

Les biologistes considèrent Six Mile Lake comme le « berceau du scinque » à cause de la population prospère du parc.

Petit lézard sur l’assise rocheuse, avec une queue bleu vif
Un scinque pentaligne avec sa queue bleu électrique

Pour rester en bonne santé, le scinque doit éviter de se faire manger. Si un scinque est attrapé par sa queue bleu vif, il peut s’en débarrasser – absolument… la queue se détache et le lézard se sauve rapidement. La queue repoussera.

Voici un moyen de fabriquer le sol

Le lent processus d’érosion chimique de la surface de l’assise rocheuse prend du temps. Lorsque la glace glaciaire a laissé du sable et du gravier en fondant il y a 14 000 ans, les plantes ont trouvé un endroit plus propice à leur croissance. On l’appelle « sol minéral », lequel contient peu de nutriments organiques. Certaines plantes y croissent mieux que d’autres. Le vigoureux pin blanc, l’arbre le plus haut de l’Ontario et l’un de ses plus anciens, croît bien dans ce sol minéral et semble dominer la forêt ici.

Une couleuvre rayée traverse un rocher avec du feuillage en arrière-plan
Une couleuvre rayée traverse l’assise rocheuse couverte de lichen à l’orée d’une forêt de chênes blancs

Après 14 000 ans, un sol enrichi s’est développé à Six Mile Lake. La proximité de la baie Georgienne y adoucit le climat et, là où le sol est plus riche, des essences d’arbres méridionales progressent vers le nord.

Le chêne blanc pousse généralement plus au sud et semble également plus commun dans les sols profonds et humides bien drainés. Ici, cependant, il se trouve à la limite nord (encore cette « limite ») de son aire de répartition, et semble bien se porter dans les sols peu profonds du parc. Les glands doux du chêne blanc sont un aliment favori des cerfs de Virginie, des ours noirs, des tamias et des écureuils.

L’eau doit aller quelque part

La glace glaciaire n’a pas simplement érodé l’assise rocheuse du Bouclier canadien, elle l’a marqué et l’a sculptée, en utilisant le grès, le sable et le gravier emprisonnés dans la glace comme du papier abrasif.

Ombre sur une zone humide par une journée ensoleillée en forêt
Un tapis flottant de végétation recouvre une grande partie de la zone humide le long de cette section du sentier Living Edge

Cette activité glaciaire a laissé des chenaux, des rigoles et des cavités qui se sont remplis d’eau de fonte et plus tard d’eau de pluie, pour former des lacs, des étangs et des cours d’eau. Au début, ils étaient également pauvres en nutriments, mais la nature est patiente. Des organismes vivants y ont pris vie, les enrichissant en nutriments pendant des milliers d’années. Différents types de terres humides se sont développés, avec différentes plantes.

Végétation des terres humides
Les fougères et les linaigrettes se sont répandues sur le tapis de végétation au fil du temps

Le long du sentier, un long étang étroit affiche une personnalité mixte. Il possède des sections d’eau libre comme un étang typique. Il offre également des tapis de végétation flottants plus typiques d’une tourbière. La sphaigne constitue ces « îles » flottantes qui sont colonisées par d’autres plantes comme la linaigrette et le cassandre caliculé, qui ne pouvaient pas croître dans l’eau même. Parfois, ces tapis de végétation flottants recouvrent complètement un étang, entamant le processus de transformation en tourbière.

Un nageur aux dents acérées

Quand les forêts ont commencé à pousser autour des étangs et des cours d’eau, un nageur aux dents acérées s’y est installé pour apporter sa contribution – le castor. Le castor est l’un des rares animaux à organiser leur environnement. Pour en apprendre davantage sur les agissements du castor, cliquez ici.

Un solide barrage de castor

Ils abattent des arbres, construisent des barrages et parfois même creusent des chenaux. Ils œuvrent ainsi pour se déplacer en toute sécurité à travers la forêt. Les loups et autres prédateurs peuvent ne faire qu’une bouchée des castors qui se déplacent lentement sur terre, et ces derniers se créent donc des voies d’eau qui les conduisent en sûreté à de la nourriture et à un abri.

Le sentier Living Edge passe tout près d’un barrage qui existe depuis longtemps, suffisamment pour que des plantes comme les impatientes aient envahi le barrage, le rendant plus solide et plus susceptible de durer.

Flore constituée de petites fleurs orange bordant l’eau
Les impatientes (également connue sous le nom d’impatiente biflore) ont colonisé ce barrage

Les castors s’installent dans une zone à cause de son abondance de nourriture. Les castors se nourrissent de branches, de brindilles et de bourgeons d’arbres. Ils apprécient particulièrement les espèces de peupliers telles que le peuplier faux-tremble, les espèces arbustives comme l’aulne rugueux, et même le bouleau blanc.

Castor
Le castor est l’un des rares animaux qui modifient son habitat

Les castors abattent les grands arbres qui sont près du bord de l’eau en les rognant avec leurs dents acérées, puis prennent les branches et les emmagasinent sous l’eau – comme si c’était leur réfrigérateur. Lorsque ces sources de nourriture s’épuisent, les castors se déplacent vers d’autres plans d’eau. Après que les castors soient partis, leurs barrages finissent par se disloquer.

Rivage avec une structure de construction animalière sur le côté
Une hutte de castor abandonnée, sur la rive d’un étang le long du sentier

Réserve de biosphère de la Baie Georgienne (RBBG)

Le parc provincial Six Mile Lake n’est pas seulement situé à la limite du Bouclier canadien, il se trouve à la limite sud-est de la baie Georgienne. L’Est de la baie Georgienne constitue le plus grand archipel (chaîne d’îles) en eau douce au monde.

En 2004, la région a été désignée réserve de biosphère mondiale par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). La désignation de réserve de biosphère reconnaît les caractéristiques naturelles et culturelles exceptionnelles de la région.

Lieux fantastiques de la RBBG

Pour inciter les gens à sortir, le personnel de la RBBG a adopté le programme Lieux fantastiques élaboré par la réserve de biosphère de Fundy au Nouveau-Brunswick.

Lieux fantastiques promeut les endroits accessibles au public dans la RBBG et décrit les caractéristiques physiques, biologiques et historiques de la réserve. Ces lieux offrent des possibilités d’explorer la nature, d’entrer en contact avec elle et de s’en inspirer. Ils captent l’éventail des valeurs naturelles et culturelles présentes dans la région de la biosphère. Sept lieux fantastiques dans la RBBG se situent dans les parcs provinciaux.

Le sentier Living Edge dans le parc provincial Six Mile Lake est l’un de ces lieux. Apprenez-en plus sur la RBBG et sur les autres lieux fantastiques longeant la baie Georgienne.

Visite de Six Mile Lake

Situé sur les rives du pittoresque lac Six Mile, le parc n’est qu’à environ deux heures au nord de la région du Grand Toronto et à une heure au nord de Barrie, offrant une excellente initiation au territoire du Nord si vous ne l’avez pas visité auparavant ou si vous n’avez pas le temps d’effectuer un long voyage.

Il y a 200 emplacements de camping automobile, dont 53 avec l’électricité. Le parc est doté d’un bloc sanitaire avec douches à l’eau chaude, toilettes à chasse d’eau et installations de lavage. Il y a une plage où les chiens peuvent rester sans laisse et deux autres plages de sable. Kayaks, canots et chaloupes sont offerts en location.

Le magasin du parc est bien approvisionné en matériel de camping et en souvenirs du parc. Le personnel du parc anime les programmes Apprendre à camper et Apprenez à pêcher pour les débutants, ainsi que les programmes d’accueil Découverte pour les familles avec des enfants.

Six Mile Lake est près des grandes attractions en Huronie comme Havre de la découverte, le parc historique Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons et le navire à vapeur S.S. Keewatin.

Le ber roulant près de Big Chute est une écluse unique sur la voie navigable  Trent-Severn

On trouve à proximité le lieu historique Voie-navigable-Trent-Severn et le ber roulant de Big Chute à l’écluse 44.

Pourquoi ne pas y faire un voyage? Explorez le sentier Living Edge lors d’un séjour de camping au parc provincial Six Mile Lake!