La lettre d'un naturaliste au Père Noël

La lettre d’un naturaliste au Père Noël

Un  de nos naturalistes a laissé sur son bureau sa lettre au Père Noël, et nous vous en présentons une copie, au cas où quelqu’un d’entre vous souhaiterait donner un coup de main au Père Noël cette année.

Cher Père Noël,

Je n’ai pas besoin de grand-chose cette année, car j’ai le privilège de travailler dans un de nos fabuleux parcs provinciaux : Presqu’ile. Peut-être que vous y êtes déjà allé ou que vous avez vu le parc en le survolant?

Il est assez facile à distinguer du haut des airs, faisant saillie comme il le fait sur les rives du lac Ontario. Une multitude d’oiseaux y font escale pour se reposer au cours de leur migration, ce que beaucoup de personnes aiment venir voir. Vous seriez le bienvenu aussi pour vous détendre un moment.

0e-anniversaire-du-weekend-des-migrateurs-de-presquile

Mais même si je travaille dans un endroit extraordinaire, il y a un certain nombre de choses que je souhaite. Peut-être pourriez-vous faire quelque chose?

Vous voyez, même si les parcs sont des endroits fabuleux, nous avons nos problèmes. Quelqu’un a déjà dit que nos parcs provinciaux sont des « îles d’espoir », des espaces verts protégés dans le tissu de la nature ontarienne.

Mais en fait ce n’est pas si amusant que ça d’être une île. Beaucoup de ces parcs, particulièrement dans le sud de l’Ontario, sont trop petits pour constituer des environnements sains à eux seuls. Les terres et les gens qui nous entourent doivent apporter leur concours.

Donc, compte tenu de cela, j’aimerais vous demander ce qui suit :

1. Aider les gens à conserver les espaces verts entre nos parcs

Il n’est pas nécessaire que ces espaces soient protégés, mais simplement que les cerfs et les pékans, et même les porcs-épics, puissent s’y déplacer en toute sécurité. Beaucoup de nos gros mammifères ont besoin d’entrer dans les parcs ou d’en sortir lors de leur migration.

Terre humide avec la forêt boréale en arrière-plan sous un ciel bleu

Et compte tenu du changement climatique, si le climat devient plus chaud, les animaux et même les plantes devront migrer au fil des générations afin de trouver des lieux qui leur conviennent mieux. Cela signifie que nous devons garder nos espaces verts verts.

2. Aider les gens de l’Ontario à gérer leurs déchets

L’Ontario fait un assez bon travail avec son programme de recyclage, mais du fait que nous sommes une péninsule qui fait saillie dans le lac Ontario, des déchets de toutes sortes sont rejetés tous les jours sur notre plage. C’est tout à fait incroyable!

057-garbage-dumped-at-owen-pt-nov-2014

Nous avons manifestement encore du travail à faire pour réduire nos déchets et nous en débarrasser de façon adéquate. Le vieux slogan « réduire, réutiliser, recycler » est tout aussi important aujourd’hui que quand j’étais petit.

3. Aider les gens à avoir la possibilité d’apprécier nos espaces naturels l’an prochain

Des études ont démontré qu’aller régulièrement dans la nature rend la vie plus saine et moins stressante. Nous vivrons tous des vies plus heureuses si nous fréquentons plus souvent nos parcs.

Laissez-passer annuel suspendu à un arbre

Peut-être que vous pourriez donner à chaque famille de la province un laissez-passer annuel pour les parcs? C’est une très bonne affaire : ils donnent accès à n’importe quel parc, pas seulement Presqu’ile.

4. Aidez-nous à protéger nos îles d’espoir…

… pour qu’elles demeurent des endroits merveilleux à visiter et des refuges protégés pour nos plantes et nos animaux, de façon à ce que ceux-ci soient toujours avec nous, et pas seulement dans les parcs, mais dans l’ensemble de l’Ontario.

Coupe de pins sylvestres
Le parc Presqu’ile et les Amis de Presqu’ile travaillent ensemble pour protéger leur parc.

Vous voyez, beaucoup de nos parcs sont occupés par des espèces envahissantes, des plantes et des animaux qui ne devraient pas s’y trouver. Ils nuisent à nos espèces indigènes. Nous essayons de les tenir hors de nos parcs, mais pour cela il faut du temps, de l’argent et l’énergie du personnel et de bénévoles. Si nous travaillons tous ensemble, je sais que nous pourrons y arriver.

5. Et pourriez-vous envoyer un faucon gerfaut vivre à Presqu’ile cet hiver?

La lettre d'un naturaliste au Père NoëlJe n’ai jamais vu de ces oiseaux et j’aimerais bien ajouter le faucon gerfaut à ma liste d’oiseaux observés au cours de ma vie.

Merci, Père Noël.

Votre ami,

David