Feu de camp sous un ciel nocturne

Intéressants objets célestes observables en novembre

Novembre est le moment idéal pour observer les étoiles.

Malgré les températures plus froides, le coucher du soleil précoce et le lever du soleil tardif nous procurent près de quinze heures d’obscurité durant lesquelles nous pouvons observer les splendeurs nocturnes. En outre, d’excitants phénomènes lumineux se produisent dans le ciel pendant tout le mois.

Pourquoi ne pas prendre le temps d’admirer ces splendeurs célestes en ce mois de novembre?

La galaxie d’Andromède

De nombreux objets peuvent être observés dans le ciel de novembre… le plus intéressant d’entre eux étant peut-être la galaxie d’Andromède.

Photo de la galaxie prise par le télescope Hubble
M33

Dans le billet d’octobre, nous avons traité de la galaxie du Moulinet M33, proche parente de la plus grande galaxie d’Andromède, ou M31.

La galaxie d’Andromède est un des objets les plus éloignés facilement observables dans un ciel très noir… comme celui de nos parcs!

Des étoiles éloignées, comme Deneb, sont à 2 500 années-lumière (la distance que parcoure la lumière en un an, soit quelque 9,6 billions de kilomètres). La galaxie d’Andromède, quant à elle, se trouve à environ 2 540 000 années-lumière.

La galaxie d’Andromède est une galaxie spirale constituée de 12 régions H2 actives. Celles-ci sont des zones rougeâtres où une formation active d’étoiles se produit.

Cette galaxie est si vaste que pour l’observateur moyen la meilleure vue n’est pas obtenue par un télescope, mais grâce à une bonne paire de jumelles. Avec un télescope, le grossissement est trop fort, ce qui diffuse la lumière et brouille la vue.

Galaxie d’Andromède
M31

Les galaxies sont des organisations gigantesques de gaz, de poussière, d’étoiles, de planètes et d’autres objets intéressants. La galaxie d’Andromède est le plus grand membre de notre groupe local de galaxies qui comprend la Voie lactée, le Moulinet et quelque 20 autres galaxies de différentes tailles.

On estime que pratiquement toutes les galaxies s’éloignent de nous en raison de l’expansion cosmique de l’univers. Cependant, la galaxie d’Andromède se rapproche et nous nous attendons à une collision à venir.

Rassurez-vous, la date prévue de cette collision est d’environ 4,5 milliards d’années dans le futur!

Étoiles variables

Étoile dans le ciel nocturne

Une étoile variable est une étoile dont la luminosité change au fil du temps.

Une étoile peut sembler changer de luminosité pour de nombreuses raisons. Parfois, une étoile brillante peut être en orbite autour d’une étoile plus pâle. Lorsque l’étoile plus pâle passe devant la plus brillante, la luminosité générale des étoiles baisse. Parfois, une étoile entre dans une phase de sa vie où elle traverse une période de variation des quantités d’énergie produite.

Dans le ciel automnal, nous pouvons observer trois importantes étoiles variables qui sont très intéressantes.

Algol, dans la constellation de Persée, est une étoile binaire à éclipses. C’est une étoile plus pâle passant devant une étoile plus brillante. Ainsi, elle perd la moitié de son éclat en moins de 3 jours. Cette étoile est également connue sous le nom d’étoile du Démon et, peut-être adéquatement, elle est associée au masque de Méduse.

Mira, dans la constellation de la Baleine (Cetus), est une étoile à variation lente dans une période d’un peu moins d’un an. Son changement de luminosité est important. Elle peut passer d’étoile visible dans un ciel urbain pollué par la lumière à étoile trop pâle pour être vue même avec des jumelles dans un ciel très sombre. Mira est une étoile géante rouge qui perd de la masse au profit d’une étoile naine blanche à proximité.

Sur cette photo (en bas à gauche) prise par l’observatoire à rayons X Chandra de la NASA, nous pouvons voir l’étoile géante rouge à droite et le gaz tourbillonnant autour de l’étoile naine blanche à gauche (photo de droite).

Représentations d’une étoile variable
Observatoire Chandra : NASA

Delta Cephei est une étoile variable raisonnablement lumineuse dans la constellation de Céphée. C’est une autre étoile variable dont l’atmosphère extérieure est instable. Delta Cephei représente une catégorie d’étoiles variables – les variables céphéides – qui sont extrêmement importantes pour permettre aux astronomes de déterminer les distances. Les variables céphéides sont des étoiles très lumineuses et leur période de variabilité est directement liée à leur production énergétique maximale.

Pour mesurer la distance à laquelle se trouve une galaxie, un astronome doit seulement trouver des variables céphéides et mesurer leurs périodes. Ensuite, il compare la luminosité maximale observée de ces étoiles à celle de Delta Cephei. Il peut utiliser une simple équation pour calculer la distance de la galaxie.

C’est exactement ce qu’Edwin Hubble et son équipe ont fait en 1920 pour déterminer la distance de la constellation d’Andromède.

Pluies de météores

Ciel nocturne

a pluie de météores, les Léonides, atteint son summum les matins du 17 et 18 novembre. Les observateurs peuvent alors voir entre 15 et 20 météores par heure.

Bien que ce ne soit pas constant, les Léonides peuvent produire des pluies de météores extraordinaires. La pluie de météores de cette année ne devrait pas être aussi excitante, alors que par le passé, les observateurs ont pu voir jusqu’à 70 000 météores par heure. Ce phénomène vraiment remarquable est appelé tempête de météores plutôt que pluie.

Le meilleur moment pour observer cette pluie de météores est après une heure du matin, alors que le ciel visible prend la même direction que la rotation de la Terre autour du soleil.

Pour une explication approfondie des pluies de météores, cliquez sur ce lien.

Pour obtenir de plus amples détails sur le ciel de novembre, consultez le billet Les yeux vers le ciel.