Constellations en vedette : les Gémeaux, le Cocher et le Petit Chien

Pendant des milliers d’années, les humains ont levé le regard vers les étoiles. Celles-ci les aidaient à comprendre le but de leur existence, et le rôle qu’elles jouent dans nos vies.

Pour se souvenir des différentes étoiles, de nombreuses cultures ont imaginé des dessins de figures formées en reliant des points. À notre époque, nous reconnaissons 88 dessins officiels qui constituent des « constellations ».

Dans le billet du mois dernier, nous avons parlé d’Orion, le chasseur, ainsi que d’un certain nombre d’autres constellations bien visibles en hiver.

Le billet de ce mois-ci portera sur trois autres constellations, dont la plus remarquable est celle des Gémeaux.

Les Gémeaux

gemini-constellation

La constellation des Gémeaux se trouve haut dans le ciel. Contrairement à beaucoup de constellations, celle des Gémeaux a vraiment l’air de ce qu’elle est censée être – des jumeaux. Deux bonshommes allumettes, « Castor » et « Pollux », constituent la constellation. Chaque figure est nommée pour l’étoile la plus brillante, qui forme sa tête. Pour savoir qui est qui, il faut se souvenir que l’étoile appelée Castor est plus proche de l’étoile Polaire que son frère Pollux.

L’étoile nommée Pollux a été une des premières dont on a découvert qu’elle abritait une planète extrasolaire (2006) – une planète hors de notre système solaire. Maintenant, grâce à diverses méthodes, dont le vaisseau spatial Kepler en orbite autour du soleil, nous connaissons des milliers de planètes extrasolaires.

L’étoile associée à Pollux, Castor, est une étoile remarquable. Les astronomes ont découvert que près de la moitié de toutes les étoiles ont des compagnes. La plupart de ces groupements d’étoiles sont des étoiles doubles (deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre), mais Castor est en fait constituée de trois paires d’étoiles doubles (six étoiles en tout). Malheureusement, la plupart des six étoiles sont trop proches les unes des autres pour que nous puissions les observer sans un télescope spécial.

Le corps de Castor s’étend vers le bas, vers son pied géant. Si l’on regarde au-dessus de son orteil avec des jumelles, on peut trouver un amas ouvert : un groupement lâche d’étoiles qui se sont toutes formées ensemble à partir d’un nuage gazeux géant. Le nuage s’est peut-être dissipé, mais les étoiles qui en sont nées sont toujours visibles.

Le Cocher

gemini-constellation

À droite des Gémeaux se trouve la constellation du Cocher. Contrairement au cas de sa voisine, il faut une très forte dose d’imagination créatrice pour y voir un cocher. Cependant, si vous regardez les choses différemment, vous verrez une maison, avec une base, deux murs et un toit à trois pointes.

L’étoile la plus brillante du Cocher est Capella. Cette étoile est une des plus brillantes du ciel d’hiver, mais on peut la voir se lever vers minuit en été. Souvent, un campeur qui est encore debout passé minuit en été remarquera un objet brillant scintillant se levant à l’est. Cette étoile est Capella.
Au sein du Cocher, vers son côté gauche (est), se trouvent trois autres amas stellaires ouverts, chacun étant semblable à celui observé dans les Gémeaux.

Le Petit Chien

Le Petit Chien (en latin Canis Minor) est la troisième et dernière de nos constellations de février. L’étoile la plus brillante de cette très petite constellation est Procyon, mot qui signifie « avant le chien », parce qu’elle se lève avant l’étoile du chien – Sirius.

Pour en apprendre davantage sur l’astronomie de février, visitez notre billet Les yeux vers le ciel.