Vue d’un emplacement de camping propre.

Comment laisser le parc encore plus vert qu’il ne l’était à votre arrivée

Le billet d’aujourd’hui provient de Sheila Wiebe, une spécialiste en marketing et en développement au parc provincial Bronte Creek.

Je promets d’être plus écologique.

Comprenez-moi bien, je suis déjà assez écologique. Toutefois, après avoir dirigé une corvée de nettoyage des parcs à l’occasion du Jour de la Terre, j’ai décidé de prendre les choses encore plus au sérieux et de redoubler d’effort pour réduire davantage mon impact sur l’environnement.

Une devise à respecter

J’ai grandi en participant au programme des Guides, et je prenais à cœur la loi des Guides, particulièrement pour les défis suivants :

« Une guide se rend utile et aide son prochain. Une guide est bonne pour les animaux. Une guide est économe. » (vers les années 1980)

Si vous ne le connaissez pas, le mantra des Guides du Canada est le suivant : « Toujours laisser le monde dans un meilleur état que celui où on l’a trouvé. » — Robert Baden-Powell

Photo d’un sentier au parc provincial Bronte Creek.

Comme je le mentionnais, cette révélation m’est venue durant une récente corvée de nettoyage des parcs.

Cette année, nous avons utilisé les cartes de données du Grand nettoyage des rivages canadiens pour suivre les articles que nous avons ramassés. Quand on compte quelque chose, on a une idée de ce qui se trouve à ces endroits.

J’ai été étonnée par la quantité de lingettes pour bébés, de papier à usage alimentaire, de morceaux de plastique et de sacs que l’on a trouvés. En quatre heures, le groupe a ramassé 72 kg de déchets dans le parc. Pour les personnes qui utilisent le système impérial, cela équivaut à 156 livres. Si vous avez besoin d’une représentation visuelle, c’est le même poids que 103 iPad.

On peut faire mieux

Si vous êtes comme moi, vous cherchez toujours de nouvelles façons d’être « vert ».

À la maison, c’est facile : je recycle, je composte, j’achète des articles d’occasion, je réduis mon utilisation des plastiques à usage unique et j’essaie de ne pas oublier mes sacs d’épicerie réutilisables lorsque je vais magasiner.

Mais qu’en est-il lorsque je ne suis pas à la maison? Qu’en est-il lorsque je fais un voyage ou une excursion en camping? Les produits qui sont vendus dans des emballages uniques semblent si pratiques.

Voici quelques-unes des idées que je prévois de mettre en œuvre en voyage ou en camping :

1. Dites NON aux produits à usage unique

Emportez des ustensiles, des assiettes et des tasses réutilisables. Tout comme je dis « non merci » aux pailles en plastique dans les restaurants, je vais dire « non » aux produits en plastique à ma table de pique-nique!

Une famille assise à une table de pique-nique en train de manger son repas en utilisant de la vaisselle réutilisable.

2. Congelez la viande

Vous pouvez remplir une glacière et utiliser la viande congelée comme bloc-glace! Cela permet de réduire la quantité de glace requise et le nombre de sacs en plastique qui les accompagnent.

3. Rapportez tout ce que vous apportez

C’est ce que nous disons toujours aux campeurs en arrière-pays, mais pourquoi ne pourrions-nous pas adopter également cette méthode lorsque nous allons faire une randonnée ou camper en voiture?

Une mère et sa fille en randonnée.

Tout ce que j’apporte au parc, je le rapporte pour le jeter dans le cadre du programme municipal de traitement des déchets. De plus, je suis certaine que vous serez étonné de voir à quel point vous apportez moins de choses lorsque vous savez que vous devez les rapporter!

4. Ne cueillez pas les mauvaises herbes/fleurs sauvages

Prenez plutôt des photos! Vous avez peut-être l’impression que le parc est rempli de « mauvaises herbes », comme des asters et des verges d’or, mais, pour le parc et la nature sauvage, ce sont des fleurs sauvages. Elles ne sont pas simplement jolies; elles fournissent de la nourriture et des abris à des bestioles comme les papillons, les abeilles et les oiseaux.

Un polygone à taches vertes posé sur des asters
Un polygone à taches vertes posé sur des asters

Vous n’avez pas besoin de cueillir des fleurs pour faire un centre de table ou les montrer à votre mère. Je vous encourage à prendre une photo et même à télécharger vos observations sur iNaturalist! Si vous ne savez pas de quelle espèce de fleur il s’agit, l’application vous aidera à l’identifier.

5. Râtelez la cour, et non pas l’emplacement de camping

Ce n’est pas très agréable de dormir ou de marcher sur des pommes de pin, des roches, des glands et des bâtons – je le comprends parfaitement!

Cependant, vous ne devriez dégager que la zone où vous planterez votre tente ou la zone principale où vous marcherez. Dégager tout l’emplacement de camping des débris de bois empêche la nature de retourner les éléments nutritifs dans le sol.

6. Évitez d’utiliser « juste un »

Nous l’avons tous fait.

Nous allons utiliser juste un morceau d’écorce de bouleau pour attiser le feu ou juste un bâton pour faire rôtir des guimauves.

Forêt parsemée de bouleaux et de tronçons d’arbre

Comme vous le savez, beaucoup de gens visitent nos parcs chaque année. En fait, il y en a plus de 10 millions. Si nous continuons d’utiliser le concept « juste un », nos parcs en souffriront.

Par exemple, le parc provincial Bronte Creek a accueilli 42 000 campeurs nocturnes et 255 000 visiteurs diurnes en 2018. Si chacun des 300 000 visiteurs n’a pris que « juste une » chose…

… eh bien, faites le calcul.

7. Évitez de prendre des raccourcis

J’appelle ces chemins des « routes spontanées non autorisées ». Prendre un raccourci dans un sentier peut disséquer l’habitat et les processus naturels d’une forêt, d’un champ ou d’une plage.

Sentier de randonnée dans la forêt

Je promets d’utiliser les sentiers balisés pour accéder aux toilettes, aux emplacements et aux plages.

Une autre raison de le faire, c’est que je ne veux pas entrer en contact avec de l’herbe à puce, la berce du Caucase ou la grande ortie, qui causent toutes des démangeaisons!

8. Écoutez le garde forestier Smith et Yogi l’ours : ne nourrissez pas les ours

Si vous ramassez la nourriture, les déchets et les liquides renversés à votre emplacement de camping, vous diminuez les chances d’attirer de l’attention non voulue.

Un tamia mâchouillant une graine.

Les fourmis, les souris, les tamias, les ratons laveurs, les coyotes et les ours ne sont que quelques-uns des animaux qui ADORENT s’accaparer un repas gratuit!

Lorsque nous les humains nourrissons intentionnellement les animaux sauvages, cela peut poser des problèmes pour les bestioles. Celles-ci pourraient même se fier à nous pour obtenir de la nourriture. Ce n’est pas une bonne chose.

9. Soyez responsable lorsque vous faites du camping avec des animaux familiers

Je fais du camping avec mon chien Echo. C’est l’un de ces labradors noirs idiots, excessivement amicaux et intimidants qui aboient très fort. Il m’aide à respecter mon huitième engagement, car il ne laisse jamais de nourriture tomber sur le sol!

En tant que propriétaires d’animaux familiers, nous devons nous assurer de ranger les bols de nourriture (même vides) lorsque nous ne sommes pas à notre emplacement. Mon chien ne laisse jamais de croquettes derrière, mais je sais qu’il y a des animaux dans le parc qui n’attendent que cela. Les excréments de chiens peuvent aussi attirer des espèces sauvages, comme des coléoptères, des lapins, des rats et des coyotes.

Un chien sur un sentier de randonnée.

Saviez-vous que de grandes quantités d’excréments de chiens peuvent contaminer l’eau souterraine? C’est TELLEMENT important de ramasser les excréments, même lorsque vous êtes dans la nature. Assurez-vous aussi de garder votre animal familier en laisse!

10. Relevez le défi de stationner une seule fois!

Une fois arrivé à votre emplacement de camping, stationnez votre véhicule et laissez-le.

Une bicyclette stationnée dans un terrain de jeu.

Utilisez d’autres moyens de transport pour vous déplacer. Vous pouvez marcher, jogger ou faire du vélo dans le parc. Cela vous offre l’occasion de vous arrêter pour sentir les fleurs, aider une tortue à traverser la route ou simplement remarquer à quel point le ciel est bleu!

Qui est avec moi? Si nous essayons tous un peu plus fort, nous pouvons VÉRITABLEMENT changer les choses!