Petite carpe asiatique

Combattons les espèces envahissantes pour la santé de nos Grands Lacs

La publication d’aujourd’hui a été écrite par nos amis du Centre des espèces envahissantes.

Nos Grands Lacs sont Grands avec un « G » majuscule et nous voulons qu’ils restent comme ça.

Parcs Ontario, et ses deux douzaines de parcs provinciaux situés sur les Grands Lacs, offre des expériences en plein air dans des milieux naturels.

Saviez-vous que les carpes asiatiques ne se sont pas établies dans les Grands Lacs, mais qu’elles menacent pratiquement tous les aspects de nos chers lacs? Découvrez-en davantage sur ces poissons et sur ce que vous pouvez faire pour les empêcher de pénétrer dans les Grands Lacs.

Que sont les carpes asiatiques? Apprenez à connaître votre ennemi

Espèces de carpes

Les carpes asiatiques englobent quatre espèces de carpes (la carpe à grosse tête, la carpe noire, la carpe de roseau et la carpe argentée) qui font partie de la famille des cyprinidés et qui sont apparentées à plusieurs variétés de ménés.

Ces carpes sont toutes originaires des rivières, des réservoirs et des lacs de la Chine et du sud de la Russie. Les quatre espèces se sont échappées dans les milieux naturels de l’Amérique du Nord. Trois d’entre elles y ont établi des populations autonomes, en particulier dans le réseau des voies navigables du fleuve Mississippi; or, il est probable que la carpe noire s’y soit établie également.

Les carpes asiatiques préfèrent l’eau dont la température est froide ou modérée, comme celles des Grands Lacs, et elles se reproduisent rapidement. Les carpes asiatiques peuvent consommer jusqu’à 40 % de leur poids corporel en nourriture chaque jour et croître de plus de 25 cm durant leur première année. Ces poissons peuvent atteindre un poids de 40 kg et une longueur de plus d’un mètre une fois qu’elles ont atteint la maturité.

La carpe à grosse tête et la carpe argentée se nourrissent de plancton, lequel constitue la base de la chaîne alimentaire en milieu aquatique, et se propagent très rapidement. Les vibrations dans l’eau excitent la carpe argentée, ce qui la pousse à sauter hors de l’eau à une hauteur pouvant atteindre trois mètres (neuf pieds). En raison des vibrations produites par les hélices des bateaux, la carpe argentée est devenue un danger pour les plaisanciers et les skieurs nautiques; ces carpes ont déjà causé de graves blessures chez les utilisateurs récréatifs.

Impact sur les activités récréatives

Femme qui pêche en eau calme

Imaginez que vous êtes assis à votre terrain de camping préféré et que toute la famille est prête à se baigner. Vous vous trempez les orteils dans l’eau et vous réalisez que l’eau est trouble et impropre à la baignade. Pourtant, c’est une journée de plage magnifique.

Aimez-vous faire du bateau? En cas d’une invasion de la carpe asiatique, vous pourriez vous retrouverez avec des carpes argentées sautant partout autour de vous alors que vous vous baladez en bateau sur votre lac préféré! Ceci risquerait de rendre votre excursion plus dangereuse que reposante.

Vous avez le goût d’aller à la pêche à la truite de lac? Les carpes asiatiques les supplanteraient et vous auriez peu de chance d’attraper ce poisson indigène.

Impact économique

Bateau durant un matin brumeux

Les effets négatifs d’une invasion potentielle de la carpe asiatique vont au-delà des activités récréatives. Une invasion de la carpe asiatique toucherait notre économie et notre environnement.

Il faut parfois des décennies avant qu’apparaissent tous les effets et conséquences de la présence d’espèces aquatiques envahissantes. L’Évaluation binationale des risques écologiques des carpes à grosse tête pour le bassin des Grands Lacs (MPO, 2012)1, avait conclu qu’après l’arrivée des carpes asiatiques, il faudrait sept ans avant qu’on en ressente toutes les répercussions.

Pêches et Océans Canada s’est servi de cette information pour effectuer une analyse des incidences socioéconomiques (MPO, 2014)2 afin de mieux saisir les effets de l’établissement des carpes asiatiques dans les Grands Lacs. L’étude repose sur les données de 2011, ainsi que sur celles de 2018, après rajustement, afin de cerner les conséquences au bout de 20 ans et de 50 ans.

Comme l’analyse portait sur le Canada, on n’a pas tenu compte des données provenant du lac Michigan.

Liste des activités Année de référence : 2018

(millions de $)

20 ans

(milliards de $)

50 ans

(milliards de $)

Pêche commerciale 227 $ 5 $ 10 $
Pêche récréative 560 $ 12 $ 26 $
Navigation de plaisance 7 291 $ 153 $ 333 $
Observation de la faune 218 $ 5 $ 10 $
Utilisation des plages et des rives des lacs 248 $ 5 $ 11 $
Total 8 544 $ 179 $ 390 $

Tableau 1. Évaluation des valeurs actualisées d’activités dans les Grands Lacs dans 20 ans et 50 ans, par activité2

Source : Calculs réalisés par le personnel de Pêches et Océans Canada, Direction des politiques et des études économiques, Région du Centre et de l’Arctique

Impact environnemental

Vue pittoresque d’un lac paisible

Sur le plan environnemental, l’introduction de carpes asiatiques envahissantes dans les eaux canadiennes représente une menace pour les espèces indigènes et la biodiversité en général.

Les carpes asiatiques :

  • Modifient l’habitat
  • Font concurrence aux poissons indigènes en ce qui concerne la nourriture et l’habitat
  • Sont les vecteurs de maladies ou de parasites qui risquent de se propager aux poissons indigènes

Nick Mandrak, Ph. D., scientifique spécialisé dans les pêches en eaux douces, et ses collègues de l’Université de Toronto ont analysé les caractéristiques des carpes asiatiques pour connaître la probabilité de survie de chaque espèce au Canada.

Ils ont déterminé que chaque espèce, si elle était introduite, aurait de fortes chances de s’établir, et que si cela se produisait, il n’y aurait pratiquement rien à faire. « Nous avons fait de notre mieux pour évaluer les risques que présentent les carpes asiatiques, et ceux-ci sont considérables. Il faut maintenant faire preuve d’une extrême vigilance afin d’empêcher ces espèces d’entrer dans les eaux canadiennes », dit-il.

Voici ce que vous pouvez faire pour nous aider

Carpe argentée sautant hors de l’eau

Bien que la menace soit réelle, les carpes asiatiques ne sont pas établies dans nos Grands Lacs. Voici ce que vous pouvez faire pour empêcher les carpes asiatiques de pénétrer dans les Grands Lacs :

  • Sachez identifier les quatre différentes espèces de carpe asiatique. Il est facile de les prendre pour des espèces indigènes et vous voudrez être à l’affût des bons poissons.
  • Si vous pensez avoir identifié une carpe asiatique, signalez-le en ligne ou à l’aide de l’application « Early Detection and Rapid Response Mapping System » (système cartographique en matière de détection précoce et d’intervention rapide)(EDDMapS).
  • Marquez d’un signet le site Web Carpe asiatique Canada. C’est votre principale source d’information sur la biologie et le comportement de la carpe asiatique, ainsi que sur l’état actuel de la recherche et les technologies de prévention.

Pour découvrir d’autres espèces envahissantes et comment vous pouvez les empêcher d’envahir les parcs de l’Ontario et les secteurs protégés, visitez le Centre des espèces envahissantes.